The Brawl – le chaos à Detroit

Retour sur un épisode aussi fou que peu glorieux pour ses protagonistes, « The Brawl » ou « Malice in the Palace ». Oui, nous parlons bien de NBA

Le 19 novembre 2004, les Indiana Pacers font face aux Detroit Pistons, comme toujours entre ces deux équipes rugueuses, ça se tripote méchamment. À cette époque, c’est un véritable duel pour la suprématie à l’Est qui a lieu avec deux des trois meilleures équipes. Elles s’étaient d’ailleurs rencontrées la saison précédente en Finale de Conférence, avant le sacre des Pistons face aux Lakers quelques semaines plus tard.

Ben Wallace, après un énième accrochage avec Ron Artest, le pousse violemment. Les esprits s’échauffent et on évite de peu une bagarre. Artest, attendant l’éventuelle sanction de son adversaire sur est allongé sur la table de marque, c’est la que folie va commencer. Il reçoit alors un gobelet, jeté par un spectateur. Très très mauvaise idée de la part du supporter John Green.

Le mode chaos total était alors activé : bagarre dans le public, bagarre entre joueurs et maillots déchirés. Les joueurs des Pacers sont évacués sous une pluie de gobelets et d’objets en tous genres, dont une chaise. Ce fut la plus grande bagarre générale de l’histoire de la NBA.

La NBA n’a, à ce moment-là, pas encore intégrée, le Dress Code et fait donc face aux critiques d’une partie de la population qui fustige cette image « ghetto ». Avec ce triste épisode, le mythique David Stern est obligé de sortir les sanctions lourdes comme le bras. Ron Artest, principal instigateur de toute cette violence, sera suspendu 73 matchs de saison-régulière et 13 de playoffs. Outre Artest, Stephen Jackson et Jermaine O’Neal, furent suspendus respectivement de trente et quinze matches. Outre les joueurs, John Green, le lanceur de gobelet écopera de 30 jours de prison, 500 dollars d’amende et une obligation à se rendre aux Alcooliques anonymes. La suspension de Ron Artest sera d’ailleurs la plus importante de toute l’histoire hors drogue ou dopage. Enfin, cette événement précipitera le départ à la retraite de la légende Reggie Miller.

Il y aura clairement eu un avant et un après the Brawl pour la NBA.

By G

Photo By: clickondetroit.com
1 Discussion on “The Brawl – le chaos à Detroit”

Leave A Comment

Your email address will not be published.