Y’a des matchs qui te donnent envie de veiller tard dans la nuit pour ne pas manquer ce choc. La plupart du temps, soyons honnêtes, c’est une déception. Le Tsonga-Shapovalov au second tour de l’Australian Open n’était pas de cet acabit. C’était grandiose.

Août 2017, le grand public découvrait Denis Shapovalov, un Canadien de 18 piges capable de marcher sur Nadal à Montreal. Un mois plus tard, à l’US Open, Shapovalov terrassait Jo-Wilfried Tsonga au second tour en trois sets. L’histoire se réitère en Australie pour les deux hommes : un second tour, en trois sets gagnants, sur dur. De quoi flipper un peu pour Tsonga tant Shapovalov semblait maîtriser le jeu de français. Logique après tout. Petit point tactique : Shapovalov est gaucher. Dans sa diagonale de coup droit, qu’il maîtrise parfaitement tant son geste est ample, le Canadien joue directement sur le revers du français, vrai gouffre tactique pour Tsonga. Shapovalov peut jouer sur cette filière tout le match et c’est mort pour Tsonga.

https://www.youtube.com/watch?v=eKPSagLmZZk

C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé sur le premier set : Tsonga a été débordé côté revers avec une aisance si forte qu’on commençait déjà à sortir les mouchoirs. Mais accélérons jusqu’au quatrième set, véritable point clé de ce match. Au début du quatrième set, Shapovalov menait 2 sets à 1 et venait d’infliger un 6/1 violent à Tsonga dans le troisième set. Un petit set et c’est fini. Seulement quelque chose se passe : le jeune Canadien se crispe un peu et le moins jeune français commence à mettre plus de pression, plus de variation. Le set est un chassé-croisé infernal : aucune balle de break n’est donnée. Seulement Shapovalov est au-dessus. Toujours. Il gagne ses jeux de service avec plus d’aisance, plus de calme, plus de volonté. Le body language de Tsonga diminue et on voit alors bien le Canadien aller chercher sa victoire au mental. 6/6 dans le quatrième set : l’heure de vérité. Et là Tsonga ose plus, monte à la volée, frappe plus fort. Shapovalov est déstabilisé : Tsonga prend le set. Ouf, on aura un cinquième set.

Le cinquième set est un bijou de tennis. Tsonga se fait breaker dès son premier jeu de service. « Putain il est 6h du matin, j’ai pas dormi, tu peux pas craquer en mode Pouille dès le début du cinquième ». 5-2 pour Shapovalov, on commence à chercher des idées pour parler positivement d’une défaite de Tsonga au second tour d’un tournoi du Grand-Chelem. Sauf qu’à partir de ce moment-là, Tsonga sort la sulfateuse en coup-droit. IN-JOU-A-BLE. Quand il faut insister un peu : petite volée touchée, hop, point. Shapovalov sombre et ne marquera plus un jeu du match. Tsonga voit ça et vole en fin de match. 4 heures de jeu dans les jambes : rien à foutre, décalage et patate en coup droit, y’a rien à faire.

SUR LE MÊME SUJET :

ON VOIT DÉJÀ VENIR LES HATERS. « Gnagnagna Shapovalov a dix-huit ans, et il n’est que 50ème mondial ». Ok, mais regardez le match. Denis Shapovalov a sorti une prestation incroyable : mettez n’importe quel Top20 face à ce Shapovalov, il craque en trois sets largement. Et puis le gars a trop de flow, dès les premiers points du match il tape un revers à une main gagnant à 20cm du sol en retour de service, y’a des hotshots partout, des passings de psychopathe où il traverse le terrain en 3 secondes, des coups droits croisés courts lasers mais mais mais mais mais c’est quel genre de mutant ce garçon. Même quand il fait rebondir la balle avant de servir il a du flow : on prend la balle, entre les jambes, reprise avec la raquette, on fait encore rebondir la balle entre les jambes. Ce garçon est une bouchée d’air frais sur le tennis mondial, faut s’en rendre compte. Alors oui il est 50ème mondial, pour l’instant. Attendez quelques mois.

Ouvrons la page Tsonga. On ne dit pas que le français va gagner le tournoi. Il pourrait même se faire taper face à Kyrgios au prochain tour. Mais quelle belle perf’. Quelle intelligence de jeu. Quel jeu tout court. Sa capacité à remettre de la vitesse dans la balle alors qu’il est pris de court par un décalage de coup droit un peu trop lent est fantastique. Par-dessus tout, on vous conseille de regarder les highlights du cinquième set (18 : 00). Tsonga sort des coups droits énormes, un trick shot entre les jambes, bref, la totale.

https://youtu.be/eKPSagLmZZk

Partager cet article

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.