Bilan Coupe du Monde de hockey : Le Canada trop fort

Après la victoire du Canada face à la Team Europe en finale, bilan de cette Coupe du Monde de Hockey passionnante.

Comme prévu, la Coupe du Monde 2016 s’est conclut par une victoire du Canada en finale face à la Team Europe. Dans un compétition très relevé en termes d’intensité et de niveau de jeu, la profondeur de banc et le talent canadien auront fait la différence. Bilan d’un tournoi qui aura avec la participation des européens en finale eu tout de même son lot de surprises.

Canada : la Dream Team du hockey

Monstrueux, invincibles… Il y a tant de termes pour qualifier cette Team Canada lors de cette Coupe du Monde. 6 matchs et autant de victoires pour la troupe de Mike Babcock durant le tournoi avec 24 buts marqués pour seulement 6 encaissés.

Une véritable machine de guerre qui a dominé dans tous les compartiments de jeu. En attaque c’est la ligne du capitaine et MVP du tournoi Sidney Crosby qui a fait fureur. Sid The Kid aura inscrit 10 points en 6 matchs, son partenaire le détonant Brad Marchand totalise 8 points et Patrice Bergeron 7. Ce trio a marqué la moitié des buts du Canada… hallucinant !

Du côté des gardiens, c’est Carey Price qui a excellé. De retour après quasiment un an d’absence, le portier de Montréal a confirmé qu’il est encore dans le coup. De bon augure pour le CH à moins de 2 semaines du début de la saison NHL.

Team Europe : l’équipe Cendrillon

On l’avoue, cette Team Europe était un peu notre chouchou durant cette Coupe du Monde. Finaliste malheureux face à l’équipe à la feuille d’érable, cette équipe construite de toute pièce pour cette compétition en aura surpris plus d’un. Parmi les grosses satisfactions, on notera le leadership d’Anze Kopitar qui se place comme le meilleur centre de la NHL derrière Crosby, le défenseur golgoth Zdeno Chara qui est encore dans le coup malgré ses 39 ans et bien sûr le français Pierre-Edouard Bellemare. L’attaquant des Philadelphia Flyers aura était encore une fois très costaud sur le plan défensif. Il aura été à l’image de cette équipe très combatif. Le lutin norvégien Mats Zuccarello finit meilleur compteur de l’Europe avec 4 points en 6 matchs.

Jaroslav Halak aura lui aussi été impressionnant. Décisif dans les moments clés, le gardien slovaque des New York Islanders obtient une moyenne d’arrêts de 94 % sur l’ensemble du tournoi. Il est juste derrière Price sur le plan statistique.

Éphémère, la Team Europe ne devrait pas revenir dans 4 ans pour la prochaine édition. La NHL semble en effet se tourner vers un système de qualification pour les petites nations européennes (Suisse, Slovaquie, Norvège, France….). Plusieurs joueurs et fédérations avaient en effet un peu râlé de ne pas être invité à la place de cette équipe All-Star. Une opinion largement recevable, mais aurait-on le même niveau de jeu avec des nations composées d’à peine 50 % de NHLers.

USA : échec sur toute la ligne

Du côté des États-Unis, on tire sévèrement la gueule. ESPN, le diffuseur officiel de la Coupe du Monde a du passer de mauvais jour en voyant devant leurs caméras, la Team USA se faire éliminer dès le premier tour. Un tournoi catastrophique pour les joueurs de John Tortorella avec 3 défaites en autant de matchs. La plus humiliante aura été le 3-0 encaissé contre les européens lors du match d’ouverture.

Cet échec est principalement du aux choix de Tortorella et de Dean Lombardi le General Manager de cette équipe. Les deux gus avaient en effet décidé de constituer une formation pour battre uniquement le rival canadien et pas de gagner le tournoi. Résultat une Team de bourrins et non de techniciens. Pas de chance c’était la mauvaise option.

Ainsi des absences comme celles de Phil Kessel (qui a balancé le tweet de la semaine – voir vidéo plus bas) et Tyler Johnsson auront été préjudiciables. Le coaching durant les matchs de l’entraîneur de Columbus aura été minable. Tortorella a en effet été incapable de modifier sa stratégie en fonction de la situation.

Sans trophée majeur depuis 1996, les États-Unis devront attendre 2018 et les JO (si la NHL y va) ou dans 4 ans lors de la prochaine Coupe du Monde. Les dirigeants de USA hockey auront d’ici là sans doute compris la leçon. On devrait de plus voir arriver des joueurs comme Auston Matthews, Jack Eichel ou bien Seth Jones qui ont brillé avec la Team North-America.

Russie : du mieux, mais toujours pas de titre pour Ovechkin

Après la série perdue contre Pittsburgh avec Washington en playoffs NHL, C’est une nouvelle défaite pour Ovechkin face à Crosby (son grand rival… pour les médias). La Russie s’est en effet fait battre par le Canada dans une demi-finale dantesque sur le score de 5-3. Dans une configuration avec les meilleurs joueurs du monde, il y a bien longtemps que la Sbornaya a remporté de compétition internationale.

Pour Alexander Ovechkin, c’est un nouvel échec dans un tournoi majeur. Pourtant, il aura encore une fois été magistral avec 3 points en 4 matchs. Malgré des débuts compliqués, la Russie a proposé un bon niveau de jeu. Une équipe qui ans son gardien Sergueï Bobrovsky n’aurait pas pu aller aussi loin. Le gardien de Columbus quelconque ces derniers temps dans la Ligue Nationale a juste été excellent.

Au final, pas de titre, mais de belles choses pour la troupe d’Oleg Znarok qui nous rassure enfin.

Team North-America : de la fougue et du talent

Bien qu’éliminée dès la phase de groupes, cette Team North-America nous aura régalé pendant une semaine. Talentueuse et pleine de fougue cette équipe composé des meilleurs joueurs nord-américains de moins de 23 ans a proposé un jeu léché. Avec un peu plus de chance, elle aurait même pu aller en demi-finale et pourquoi pas espérer faire quelque chose contre le Canada.

Des gamins sans complexes tels Nathan McKinnon et Johnny Gaudreau, les meilleurs attaquants de cette jeune garde dans cette Coupe du Monde. En défense, c’est le joueur des Flyers Shayne Gostibehere qui a encore une fois montré de très belles choses. Assurément, il sera l’un des meilleurs quarts-arrière de la NHL dans les prochaines années.

Une équipe qui comme l’Europe ne sera qu’un one shot. Mais pas de soucis, il y a de fortes chances que la majorité de ces joueurs soit de la prochaine édition avec le Canada ou les USA.

La Coupe du Monde et les matchs internationaux sont finis, place maintenant à la NHL à vivre sur notre site bien évidemment.

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea
Photo By: TVA Sports
3 Discussions on
“Bilan Coupe du Monde de hockey : Le Canada trop fort”

Leave A Comment

Your email address will not be published.