La Diagonale des Fous : 167 km à la limite de la mort

 

La Diagonale des Fous revient cette semaine pour 167 km so mad au coeur de l’île de la Réunion. Présentation de cette course légendaire.

Jeudi prochain aura lieu une nouvelle édition de l’un des ultras trails les plus difficiles au monde : la Diagonale des Fous. Une course de 167 Km qui traverse l’île de la Réunion avec ses dénivelés inhumains  et qui a déjà eu son lot de victimes. Présentation.

Montagne + jungle = bienvenue en enfer

Le Grand Raid de la Réunion qui est plus communément appelé Diagonale des Fous porte bien son nom. En effet, il faut être soit taré, soit suicidaire, pour se lancer dans un trail pareil. Au programme, une course de plus de 167 km au cœur de l’île avec jungle, cols de haute-montagne et chemins escarpés. Avec 10 000 mètres de dénivelé positif, la Diagonale des Fous fait partie des ultras trails les plus durs au monde. Au cours de ce raid, les participants grimpent  un peu plus que l’équivalent de l’Everest (8 848 m)

Il faut pour parvenir à terminer cette course une préparation de plusieurs années et une solide expérience dans l’univers du running. Mais malgré la difficulté de l’épreuve, la Diagonale des Fous fait chaque année le plein avec plus de 2000 participants. Des trailers qui seront aidés dans ce chemin de croix pour se ravitailler et se changer. Pour espérer atteindre l’arrivée, plusieurs paires de chaussettes sont par exemple nécessaires. Au risque sinon, d’avoir de nombreuses ampoules et être incapables de repartir.

Plusieurs coureurs y ont laissé leur peau

La diagonale des Fous est une course hors du commun qui est un aboutissement pour chacun des finishers. L’an dernier on a compté un peu moins de 30 % d’abandon. Un taux qui n’est pas très élevé au regard de l’édition 2014 avec 48 % des participants qui ne sont pas allés jusqu’au bout.

La Diagonale des Fous se classe parmi les courses à très haut risque avec plusieurs décès durant ces dernières années. En 2002, c’est un coureur français et un néerlandais qui y sont restés. Il y a deux ans en 2014, c’est un autre français qui décède tragiquement après une chute dans un ravin au niveau du col de la Fourche.

Diagonale-des-fous-couv

Une épreuve des plus extrêmes, mais qui fonctionne toujours autant. Les organisateurs offrent d’ailleurs à chaque personne qui franchit la ligne d’arrivée, un maillot avec écrit : « je suis vivant ».

Les meilleurs coureurs terminent la Diagonale de Fous avec un temps compris entre 15 et 25 heures selon les années (entre 20 et 30 heures pour les féminines). L’an dernier, le vainqueur Antoine Guillon avait bouclé les 164 km en 24 h 17 min et 40 secondes. Le record de l’épreuve a été réalisé en 1995 par Jean-Philippe Marie-Louise (vainqueur à 4 reprises) en 14 h 41. La star de la discipline, l’espagnol Killian Jornet l’a gagné deux fois en 2010 et 2012.

On souhaite donc bonne chance à tous les participants qui vont en chier bien comme il faut pendant  deux jours.

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea
Photo By: Jean Pierre Vidot
3 Discussions on
“La Diagonale des Fous : 167 km à la limite de la mort”
  • C’est quoi cette article !! C’est la plus belle course et la plus belle aventure a réalisé… c’est pas du suicide faut arrêter les superlatif pour réveiller la ménagère de 50 ans !!! Nul l’article

  • Tout est possible à condition d’avoir un entrainement adéquat, de le vouloir et de partir non pas dans un objectif de compétition mais seulement pour arriver au bout du parcours qui, autant qu’une épreuve sportive est une aventure humaine. J’ai fait la Mascareigne, je ne ferai jamais la Diagonale mais j’admire et j’envie les personnes qui prennent le départ. L’énorme atout humain du trail c’est de permettre à de simples sportifs, mais aguerris, de faire le même parcours que de très grands sportifs de niveau international. Dans quel sport y a t-il une telle égalité entre tous les sportifs? Les médias, hormis ceux qui sont spécialisés, laissent dans l’ombre ces meilleurs sportifs qui sont hors normes, tout autant que beaucoup d’autres dont la médiatisation les « détraque ». Pour conclure, je trouve l’article et la photographie un peu partisans pour un journaliste, c’est une appréciation qui pourrait être portée par un non sportif ou un sportif qui ne connait pas ce type de sport.

Leave A Comment

Your email address will not be published.