Grayson Allen, nouveau Jazz, héros et antihéros du basketball américain

Grayson Allen est depuis cette soirée du jeudi 21 juin un joueur de NBA, après avoir été drafté dans la franchise de Rudy Gobert et de Donovan Mitchell au Utah Jazz. Si a 22 ans, il est loin d’être le basketteur le plus talentueux de sa génération, il est certainement l’un des plus connus. Présentation d’un personnage si particulier du basketball américain.

Dès ses années lycée, Allen s’était fait remarquer pour ses habilités d’excellent joueur de basket. En 2014, il avait été sélectionné au McDonald’s All American, considéré comme le All Star Game des meilleurs joueurs lycéens des États-Unis. Lors de cette même édition, il avait remporté le concours de dunks en sautant par-dessus son futur coéquipier à Duke Jahlil Okafor.

En quatre années à Duke, il a remporté un titre universitaire national en 2015, en scorant 16 points dans la finale. Régulièrement dans les meilleures équipes de l’Atlantic Coast Conference (ACC), Allen aura enregistré une moyenne de 14,1 points par match en 142 matchs en tant que Blue Devil, largement reconnu comme un excellent basketteur dans une université ayant formé tant de talents exceptionnels. Son caractère sulfureux et son amour pour l’université de Duke, et sa proche relation avec le coach mythique de l’université Mike Krzyzewski font de lui un des joueurs les plus symboliques de l’histoire des Blue Devils.

En 2017, Allen publiait un essai sur le site dédié à l’expression des sportifs The Players’ Tribune, sobrement baptisé « Duke ». Dans cette tribune, le joueur des Blue Devils parlait de lui, de l’étudiant qui de nature discrète avait choisi de sortir de sa zone de confort en prenant des cours d’expression orale en public.

Allen Graduation

L’une des questions qui lui avaient été posées dans cette classe était la raison pour laquelle il avait choisi Duke, question à laquelle il répondait « que si tu aimes le basketball, et que tu as une chance de jouer à Duke, alors tu y vas. » L’une des autres questions à laquelle il avait répondu devant ses camarades est une question à laquelle il aurait pu répondre à une masse de journalistes, à propos de son retour à l’université de Durham en Caroline du Nord plutôt que de se présenter à la Draft. Celui qui avait préféré le football (notre football) au basket jusqu’en 4e, ne serait jamais imaginé recevoir la visite du légendaire Mike Krzyzewski dans son salon. Il décrit l’influence de l’actuel Warrior Quinn Cook, et de son rôle déterminant à le faire sortir de sa réserve, lui qui était si timide, et les paroles de Coach K au cours d’une discussion dans son bureau : « Grayson, tu ne penses pas que c’est pas ton année. J’ai besoin que tu restes prêt, parce que tu ne sais jamais quand cette équipe aura besoin de toi. »

Grayson Allen est un intellectuel, il aimait aller en classe, se disait « fasciné » des cours de psychologie, ce qui l’aura d’ailleurs amené à faire de cette matière sa spécialité pour l’obtention de son diplôme.

Tous ces aspects l’ont poussé à rester à l’université jusqu’à sa dernière année, quand des joueurs talentueux privilégient la méthode du « one and done », se présentant à la draft après seulement une année de College derrière eux. À l’argent qu’il aurait pu se faire en une année rookie dans une franchise NBA, Allen préférait, pour encore un an, West Union, le cœur moderne du campus de la Duke University et les 2 vs 2 à Rocket League le soir dans les dortoirs.

Mais la médiatisation de Grayson Allen est également liée à sa personnalité controversée et à de nombreux incidents dont il a été l’instigateur. En 2016, il avait fait trébucher/donné un coup de pied à un universitaire d’Elon, avant d’exploser de colère sur le banc après avoir reçu une faute technique. Au cours de la même année, il avait notamment connu un incident contre Louisville avec un certain Donovan Mitchell, qui avait notamment conduit le phénomène de la saison dernière des Jazz à « gifler » le sulfureux Allen.

Allen sait notamment « qu’il a été l’objet de situations embarrassantes et honteuses » sur les parquets NCAA, et beaucoup de fans NCAA avaient reproché à Coach K de faire d’Allen « son préféré », qui l’avait pourtant suspendu après un nouvel incident, mais qui lui avait pardonné en le nommant capitaine de Duke pour sa dernière saison.

Après ces incidents à répétition, le quotidien américain USA Today s’était interrogé si Grayson Allen n’était pas le « joueur le plus détesté de l’histoire de Duke », bien que la concurrence pour ce titre soit ardue avec l’abhorré Christian Laettner. Il avait plus récemment été la cible de nouvelles critiques après avoir bousculé un joueur de Tar Heels de la réputée University of North Carolina, lors d’un match au sommet du tournoi ACC.

Ces polémiques auraient pu réduire à néant les espoirs du Blue Devil au sein de la plus grande ligue, lorsque l’on sait à quel point la discipline et l’image sont déterminant de l’avenir d’un joueur de NBA.

Allen a obtenu les All ACC Academic Honors à trois reprises, récompense attribuée aux meilleurs élèves des quinze universités de l’Atlantic Coast Conference, dont Duke fait partie, tout comme University of Louisville, l’université de son futur coéquipier à Salt Lake City Donovan Mitchell. Les seuls autres basketteurs Blue Devils à avoir obtenu pareils honneurs étaient Amile Jefferson… et un certain Quin Snyder, nul autre que le head coach de la future équipe NBA de Grayson Allen.

Après leur embrassade pendant l’interview post-draft du désormais nouveau Jazz, Donovan Mitchell et Grayson Allen promettent d’être l’un des duos les plus excitants à observer la saison prochaine.

Aujourd’hui, Grayson Allen n’est plus un Blue Devil, mais il le restera toujours. Dans un contexte médiatiquement calme, il sera intéressant d’observer l’évolution de l’une des personnalités les plus fascinantes du basketball américain.

Photo By: Duke Athletics, NBA
1 Discussion on “Grayson Allen, nouveau Jazz, héros et antihéros du basketball américain”

Leave A Comment

Your email address will not be published.