Quinton « Rampage » Jackson – Si les loups hurlent, le Diable s’apprête à sortir

Quinton « Rampage » Jackson – tous les malheurs du monde enfermés dans un seul corps.

Dans les minutes qui précèdent un combat, pour ce qui est de la gestion du stress vous avez différentes écoles, ceux qui gèrent avec le plus flippant des calmes : Fedor, Gegard Mousasi, Gunnar Nelson… Ceux qui font ressortir leurs émotions et se mettent au niveau d’excitation maximum pour se motiver, Diego Sanchez gueulant « YES ! » comme poissonnier sur toute la marche vers la cage ou encore Melvin Manhoef qui sautille, collier à pointe autour du coup et regard dément… Parmi les centaines de combattants actuels et passés ayant eu le courage et la discipline de mettre un pied devant l’autre jusqu’à l’arène malgré tous les signaux biologiques qui vous hurlent de faire demi-tour, on aura quand même grosso modo fait le tour des personnalités. Mais jamais personne n’a encore égalé les entrées de Quinton « Rampage » Jackson.

Parce que ce brise-roche hydraulique en provenance de Memphis et affichant les intimidantes mensurations de 1m85 pour plus de 95 kilos les jours de « taf », lui, hurle à la Lune pour signaler son arrivée.

Si vous l’entendez, il est déjà trop tard

(PS : la vidéo est un avant/après combat, remporté par Rampage via le Slam le plus violent de l’histoire du MMA)

Après une enfance chaotique au cours de laquelle il aura vendu de la drogue et se sera plus battu dans la rue que l’ensemble des personnages de Tekken réunis, il tente d’accrocher une carrière de lutteur professionnel, mais voit sa situation se compliquer après avoir été renvoyé de son centre d’entraînement pour une altercation avec un collègue. Quinton découvre alors le MMA et est encouragé par le succès des lutteurs tels que Mark Coleman, il décide de tenter l’expérience.

37 victoires et 11 défaites plus tard, le Loup du Tennessee a définitivement gagné sa place en tant qu’Alpha du game. Il fait partie des légendes absolues du sport.

Tout d’abord par son personnage, un air et une démarche qui indiquent clairement qu’au premier croche-patte le fautif perd toutes ses dents de devant, son foie et la fonctionnalité de sa boîte crânienne. Des chaînes, énormes de préférence et une bonne humeur tantôt communicative tantôt inquiétante quand par exemple il lui prend l’envie de mimer un chien faisant l’amour à la jambe d’une journaliste japonaise.

Ensuite par son palmarès et son style de combat.

Là fini les blagues et les finasseries, on parle de KOs par Slam et de violence concentrée pour ne conserver que l’animalité. Que la destruction.

rampage-jackson-celebration

Si son style de combat n’a jamais eu la flamboyance et la diversité d’un combattant « next-gen » comme TJ Dillashaw ou Conor McGregor (si vous le voyez tenter un middle kick c’est clairement le moment de faire un vœu), sa puissance dévastatrice et son agressivité dans l’approche, elles, font très old-school pour le meilleur. Parmi les victimes de ses deux enclumes, on retrouve des débris de Chuck Liddell, Kevin Randleman ou encore Wanderlei Silva. Se reposant essentiellement sur son Anglaise en termes de striking, c’est néanmoins un autre secteur qui a cimenté sa véritable légende, la lutte. Plus particulièrement ; les SLAMS.

rampage-jackson-takedown

« C’est pas Sorcier » Memphis Édition

Le Slam, c’est l’art de prendre en grippe en s’assurant une bonne saisie (d’ou l’utilité d’un passif de lutteur de calibre national), de lui faire faire un tour de petit train la stratosphère pour enfin le faire s’écraser au sol en accumulant le plus d’énergie cinétique en chemin, le but étant grosso-modo de faire un genkidama avec tous les os du gusse d’en face. Ce genre de monstruosité peut non seulement être pratique pour se sortir d’une tentative de soumission, mais surtout : elle peut finir purement, simplement et épouvantablement une joute.

Les images parlant toujours plus que les mots, on vous laisse admirer le savoir-faire artisanal du Monsieur, à ce stade c’est quasiment du cannibalisme

Vous vous souvenez de la vidéo du début ? Je ne vous dirais qu’un mot ; 0:55

Il aura fait l’essentiel de sa carrière au Pride et à l’UFC, organisations dans lesquelles il aura à la fois brillé et déchanté :

  • 12 victoires pour 5 défaites au Pride, mais parmi ces dernières figurent des terrifiantes mises à l’amende par Wanderlei Silva et Shogun Rua, dont les séquences finales de matraquage et le regard de Rampage après le massacre font encore aujourd’hui froid dans le dos
  • 8 victoires pour 5 défaites à l’UFC, durant son run pour l’organisation américaine, il aura remporté la ceinture Light-Heavyweight, unifiant même lors de sa défense de titre contre Dan Henderson les ceintures de l’UFC et du Pride

rampage-jackson

Aujourd’hui, le vieux Loup a perdu sa place au sein de la meute après 3 défaites de rang de 2011 à 2013 l’ayant fait basculer dans la catégorie « gloire passée » aux yeux des fans. Il a néanmoins bien rebondi avec 5 victoires d’affilée au Bellator et à l’UFC. Mais du manque de nouvelles récentes, on peut déduire une lente, mais progressive lassitude.

Il le dit d’ailleurs lui même, « de toute façon je compte arrêter bientôt, je suis fatigué de l’intensité des camps d’entraînements ». A 38 ans et une carrière aussi remplie derrière lui, rien de plus compréhensible.

Et puis ce n’est pas comme s’il était limité au MMA. Si vous avez maté le dernier « l’Agence tous risques » il y campe le rôle de Barracuda et pour être tout à fait honnête il s’en est super bien sorti, ce qui n’est pas chose aisée quand on tourne aux côtés de Liam Neeson et Bradley Cooper !

Alors pourquoi pas une carrière dans le cinéma ? Après tout si on laisse Georges St Pierre sortir des immondices comme « Killing Salazar » en toute légalité, pourquoi lui n’aurait pas le droit de choper les biffetons au vol dans n’importe quel nanar ?

D’ailleurs c’est visiblement ce qu’il a dû se dire vu le calibre de son dernier projet en date…

On vous laisse juger sur pièce

Rust

La Sueur

lasueur.com, votre média sportif et culturel.
Photo By: pinimg.com, sherdog.com
4 Discussions on
“Quinton « Rampage » Jackson – Si les loups hurlent, le Diable s’apprête à sortir”

Leave A Comment

Your email address will not be published.