UFC Hamburg – Josh Barnett l’emporte après une guerre sans nom

L’UFC venait en Europe le temps d’un week-end pour l’UFC Fight Night 93 : Hamburg. Le main event entre Andrei Arlovski et Josh Barnett n’a pas déçu !

Main Card :

Andrei Arlovski (25-13) vs. Josh Barnett (31-8)
22h48, début du main-event. Ça commence très très fort, Arlovski est rapidement touché par la main droite de Barnett qui répond avec une frappe puissante. On a le droit à un supporter des plus fins : « Fuck him up Arlovski, right now ! Put him in a body bag ». Arlovski réussit sa première tentative de takedown et se relève. Barnett sur le dos, contrôle. L’arbitre demande à Josh de se relever. Arlovski enchaîne une très bonne combinaison sur la tronche de Barnett, trop puissant, trop rapide pour le blondinet. Fin d’un premier round épique entre deux chars d’assaut. C’est une nouvelle fois avec une « big right hand » que Barnett démarre le round. Deuxième takedown pour Arlowski qui se fait retourne par Barnett. C’est bien Pitbull qui se retrouve sur le dos…Barnett le ground & pound très salement et cherche le finish. Il reste 10 secondes…la cloche sauve Arlovski. Pitbull enchaîne une très bonne combinaison et touche durement Barnett. Josh est hagard et se tient la tête, Arlovski n’arrive pas à le mettre KO. S’en suit un échange confus où Barnett réussit à mettre Arlovski sur le dos et à chercher la clé de bras, en vain. C’est un nouveau ground & pound, c’en est trop pour Arlovski qui se laisse prendre par un étranglement. Victoire de Barnett sur une rear naked choke. Cette défaite permet à Josh de se replacer parmi les heavyweight les plus dangereux du game. Pour Andrei Arlovski, c’est une troisième défaite d’affilée, cette fois contre le neuvième contender de la catégorie. Ça ne sent pas bon pour le Pitbull…

 

Alexander Gustafsson (17-4) vs. Jan Błachowicz (19-6)
Le co-main event de la soirée avec…la véritable star de la nuit Alexander Gustafsson, 2e au classement des Light Heavyweights (depuis la défaite de Teixeira). Gustafsson commence par se faire toucher deux fois au visage, assez lourdement d’ailleurs (ouverture au front). Il répond en réussissant le premier takedown du combat. Au sol, Blachowicz est maintenu sur le dos par un Mauler qui multiplie les puissants elbows au visage. Deuxième round qui commence très très fort avec trois grosses mandales, dont 2 pour le polonais. Gustafsson réussit un deuxième takedown (à 100% pour le moment) et ponce le visage de Blachowicz. Comme lors de la première reprise, le polonais termine le sur le dos. Troisième round et donc troisième takedown pour le Mauler. Il en réussit un quatrième, combat de rentrée très intelligent pour lui. Il n’aura pas pris de risque et s’impose à la décision sans souci. Vivement le prochain « vrai » combat pour lui.

Ryan Bader (21-5) vs. Ilir Latifi (12-5)
Yes papa, il est 21h42 et ça y est on rentre dans le dur. Latifi, le Sledgehammer fait son entrée sur la musique du générique de Rocky, Big Balls. Une chose est certaine la Barclaycard Arena est Suédoise ! Ça s’annonce très très bouillant pour Gustafsson. Le premier vrai coup de boutoir est donné par Bader avec un kick puissant qui vient s’écraser sur les côtes de Latifi. Enorme punch de Latifi qui knock-down Bader, le suédois ne parvient cependant pas à terminer l’américain. Tentative de takedown désespéré de Bader, qui paie salement l’addition : le gauche de Latifi étant le pourboire. Bader, d’un seul coup d’un seul met Latifi KO !!! La tête du suédois est venue s’empaler sur le genou de Bader, forcément…


Prelims :

Peter Sobotta vs. Nicolas Dalby
Un beatdown, un vrai. Face à l’enfant du pays, Nicolas Dalby avait fort à faire. Il se trouve que le talent de l’adversaire et le public allemand complètement déchaîné auront raison de lui. Knock-down dans le premier round, le nez en sang et avec une grosse poche sous l’oeil droit, il s’en sortira finalement. Ayant passé la quasi intragralité sur second round sur le dos, les affaires de Dalby ne se seront pas améliorées dans cette reprise. Les deux premiers rounds sont pour Sobotta et de très très loin, plus qu’à éviter le knock-out . On assiste à un dernier acte beaucoup plus disputé avec un Nicolas Dalby porté par l’énergie du désespoir. Les mecs seront allés au bout des trois rounds, bravo à eux. Peter Sobotta vainqueur par décision unanime.

Taylor Lapilus vs. Leandro Issa         

Contre Issa, notre Lapilus national commencera directement par tenter de défendre, en vain, un takedown du brésilien. Heureusement, le français se relèvera rapidement…pour être aussitôt remis au sol. Complètement dead après avoir cherché un troisième takedown pendant une longue minute, Issa subira ensuite, incapable de résister au striking de Lapilus.

Le second round montre un Leandro Issa ayant adopté une tactique différente : fini les tentatives de takedown. Le round se déroule essentiellement debout. En toute fin de round, Issa parviendra à amener le français au sol…sans grande réussite. Contre la cage, Lapilus réalise un très bon enchaînement au milieu de troisième round. Une tentative de spinning-elbow clot cette bien belle percée. Lapilus l’emporte très logiquement par décision unanime au terme des trois rounds.

Christian Colombo vs. Jarjis Danho
Danho et Colombo nous auront offert un superbe combat lors des prelims. Deux vieux briscards s’envoyant des parpaings en veux-tu en voilà. Une sorte de Steve Bossé vs. Sean O’Connell bis. Les mecs iront bien jusqu’au troisième round, contre toute attente et avec un Jarjis Danho sauvé par la cloche. Au bout de leurs vies et d’un troisième round où les échanges d’amabilités se poursuivront, les mecs tiendront la distance. Finalement ce sera un majority draw entre ces deux gladiateurs.

Guillaume

Redacteur en Chef chez La Sueur
Écrit NBA, Football, NFL, MMA, sport en général et culture.
Photo By: UFC
1 Discussion on “UFC Hamburg – Josh Barnett l’emporte après une guerre sans nom”

Leave A Comment

Your email address will not be published.