NHL Light the Lamp: Spécial World Cup of Hockey

Cette semaine, un NHL Light the Lamp spécial World Cup après l’annonce mercredi dernier des premiers joueurs sélectionnés. Pour rappel, la World Cup of Hockey revient cette année après 12 ans d’absence (la dernière édition remonte à 2004) et aura lieu à Toronto en septembre prochain (17/09-01/10). 8 équipes participeront à cette édition : le Canada, la Finlande, la Russie, la République Tchèque, la Suède et les USA comme sélection nationale plus la Team Europe qui regroupera les meilleurs joueurs européens de la NHL et la Team North America qui réunira les meilleures canadiens et américains qui ont — de 23 ans.

Mercredi dernier, les directeurs généraux de chaque équipe devaient annoncer les 16 premiers noms qui prendront part à cette édition de 2016. Les autres joueurs (chaque équipe pourra compter sur 23 joueurs au maximum) seront dévoilés en juin prochain. On a aussi pu découvrir mercredi les maillots que porteront les joueurs lors de la World Cup. Confectionnées par Adidas (nouveau fournisseur de la NHL à partir de 2017), ces nouvelles tuniques sont plutôt réussies (on a petit faible pour celui de la team North America). On fait le point de ces annonces équipe par équipe.

Picture1 

Team Canada : Avec Carey Price, mais sans P.K Subban

 

La sélection :

Corey Crawford, Chicago Blackhawks, G
Braden Holtby, Washington Capitals, G
Carey Price, Montreal Canadiens, G

Drew Doughty, Los Angeles Kings, D
Duncan Keith, Chicago Blackhawks, D
Marc-Edouard Vlasic, San Jose Sharks, D
Shea Weber, Nashville Predators, D

Jamie Benn, Dallas Stars, A
Patrice Bergeron, Boston Bruins, A
Jeff Carter, Los Angeles Kings, A
Sidney Crosby, Pittsburgh Penguins, A
Ryan Getzlaf, Anaheim Ducks, A
Tyler Seguin, Dallas Stars, A
Steven Stamkos, Tampa Bay Lightning, A
John Tavares, New York Islanders, A
Jonathan Toews, Chicago Blackhawks, A

 

Une sélection qui est dans la continuité de celle des JO de Sochi en 2014. Grande favorite de cette Coupe du Monde, la team Canada comptera sur Carey Price pour garder les filets en espérant que ce dernier ait retrouvé la forme d’ici là. Pour le seconder, les excellents Crawford et Holtby sont une sérieuse police d’assurance. Pour le reste de l’équipe aucune surprise, Crosby sera le leader de l’attaque et Ducan Keith et Sea Weber seront les leaders d’une solide défense. Notons tout de même les absences dans cette première liste de P.K Subban le défenseur des Montréal Canadiens et Corey Perry joueur étoile des Anaheim Ducks. Si pour ce dernier, sa place dans la liste finale est assurée, rien n’est moins sur pour Subban qui enchaîne les erreurs défensives avec Montréal (voir vidéo). En plus de Perry, on devrait voir arriver dans cette équipe Canada des joueurs comme Claude Giroux ou Taylor Hall en juin prochain. A domicile, le Canada n’aura pas droit à l’erreur, elle a en tout cas toutes les cartes en main pour décrocher le titre.

 

Team Finlande : Classique, mais efficace

 

La sélection :

Tuukka Rask, Boston Bruins, G
Pekka Rinne, Nashville Predators, G

Olli Maatta, Pittsburgh Penguins, D
Rasmus Ristolainen, Buffalo Sabres, D
Sami Vatanen, Anaheim Ducks, D
Esa Lindell, Dallas Stars, D

Mikko Koivu, Minnesota Wild, A
Jori Lehtera, St. Louis Blues, A
Aleksander Barkov, Florida Panthers, A
Mikael Granlund, Minnesota Wild, A
Jussi Jokinen, Florida Panthers, A
Valtteri Filppula, Tampa Bay Lightning, A
Leo Komarov, Toronto Maple Leafs, A
Joonas Donskoi, San Jose Sharks, A
Lauri Korpikoski, Edmonton Oilers, A
Teuvo Teravainen, Chicago Blackhawks, A

 

Une Team Suomi sans grosses surprises, si ce n’est la sélection d’Esa Lindell, jeune défenseur de 21 ans qui n’a joué que 4 matchs avec les Stars. Sinon c’est du grand classique avec un duo de gardiens qui s’annonce destructeur. L’attaque a également de quoi faire valoir avec un Leo Komarov en grande forme cette saison et un Teuvo Teravainen qui impressionne de plus en plus avec les Hawks. Grandlund, Jokinen et Koivu seront les joueurs d’expérience de cette équipe auxquels il manque plusieurs noms. On pense en premier lieu à Eric Haula l’attaquant du Wild ou bien encore à Sami Lepisto en défense. La grande inconnue pour l’heure est de savoir si les joueurs de KHL et de Liiga participeront à cette World Cup du côté finlandais, Kontiola, Aaltonen pourrait sans problème compléter l’attaque. Une Finlande certes pas favorite, mais qui pourrait causer bien des soucis, une place dans le carré final est à prévoir.

Team République Tchèque : Sans Jagr

 

La sélection :

Petr Mrazek, Detroit Red Wings, G
Michal Neuvirth, Philadelphia Flyers, G
Ondrej Pavelec, Winnipeg Jets, G

Radko Gudas, Philadelphia Flyers, D
Michal Kempny, Avangard Omsk (KHL), D
Roman Polak, San Jose Sharks, D
Andrej Sustr, Tampa Bay Lightning, D

Michael Frolik, Calgary Flames, A
Martin Hanzal, Arizona Coyotes, A
Tomas Hertl, San Jose Sharks, A
David Krejci, Boston Bruins, A
Ondrej Palat, Tampa Bay Lightning, A
David Pastrnak, Boston Bruins, A
Tomas Plekanec, Montreal Canadiens, A
Vladimir Sobotka, Avangard Omsk (KHL), A
Jakub Voracek, Philadelphia Flyers, A

 

Là aussi peu de surprise du côté de la République Tchèque. Après un mondial 2015 à domicile raté (4e place), les tchèques arrivent dans cette compétition avec une équipe qui ne change pas beaucoup au fil des ans. On notera tout de même les arrivées de Petr Mrazek au poste de gardien et de David Pastrnak en attaque. L’équipe devra dans tous les cas faire sans Jaromir Jagr qui avait annoncé sa retraite internationale juste après le mondial tchèque. Plekanec, Voracek et Krejci devront donc faire la différence s’ils veulent que leur équipe accède aux demi-finales. Bien que valeureuse, on voit mal comment cette équipe pourra passer le tour de qualification.

 

 

Team Russie : Sans aucun joueur de KHL pour l’instant

 

La sélection :

Sergei Bobrovsky, Columbus Blue Jackets, G
Semyon Varlamov, Colorado Avalanche, G
Andrei Vasilevskiy, Tampa Bay Lightning, G

Dmitry Kulikov, Florida Panthers, D
Andrei Markov, Montreal Canadiens, D
Dmitry Orlov, Washington Capitals, D

Artem Anisimov, Chicago Blackhawks, A
Pavel Datsyuk, Detroit Red Wings, A
Nikita Kucherov, Tampa Bay Lightning, A
Nikolay Kulemin, New York Islanders, A
Evgeny Kuznetsov, Washington Capitals, A
Evgeni Malkin, Pittsburgh Penguins, A
Vladislav Namestnikov, Tampa Bay Lightning, A
Alex Ovechkin, Washington Capitals, A
Artemi Panarin, Chicago Blackhawks, A
Vladimir Tarasenko, St. Louis Blues, A

 

Une équipe de Russie pour l’instant composée uniquement de joueur NHL, les joueurs évoluant dans le championnat russe (KHL) seront sûrement sélectionnés après. On voit mal en effet comment Ilya Kovalchuk (bien que viré du SKA St-Petersburg) et Igor Radulov ne sont pas sélectionnés pour cette compétition. Bien que mal vue du côté de Moscou, cette World Cup offre une chance unique à ce pays de briller sur le continent américain. Si la défense est pour l’instant la grande inconnue, l’attaque s’annonce surpuissante avec Ovechkin-Malkin en duo d’expérience plus Kuznetsov et Panarin, révélation de cette saison NHL. On n’oublie pas bien sûr les Pavel Datsyuk et Vladimir Tarasenko qui devrait eux aussi faire trembler les filets. Une fois complète, cette équipe sera redoutable et comptera avec le Canada parmi les grands favoris au titre.

Team Suède : Lundqvist en chef de file

La sélection :

Henrik Lundqvist, New York Rangers, G
Jacob Markstrom, Vancouver Canucks, G

Oliver Ekman-Larsson, Arizona Coyotes, D
Victor Hedman, Tampa Bay Lightning, D
Niklas Hjalmarsson, Chicago Blackhawks, D
Erik Karlsson, Ottawa Senators, D
Niklas Kronwall, Detroit Red Wings, D
Anton Stralman, Tampa Bay Lightning, D

Nicklas Backstrom, Washington Capitals, A
Loui Eriksson, Boston Bruins, A
Filip Forsberg, Nashville Predators, A
Gabriel Landeskog, Colorado Avalanche, A
Daniel Sedin, Vancouver Canucks, A
Henrik Sedin, Vancouver Canucks, A
Alexander Steen, St. Louis Blues, A
Henrik Zetterberg, Detroit Red Wings, A

 

La Suède misera avant tout sur son gardien, le King Henrik Lundqvist pour essayer de décrocher une place dans le dernier carré. Vice-champions olympiques, les Suédois s’amènent dans cette compétition avec une équipe sans grands changements par rapports JO, mise à part Filip Forsberg, nouvelle révélation du hockey scandinave depuis. Avec une défense déjà complète, la Tre Konnor sera difficile à battre avec dans ses rangs Victor Hedman, Erik Karlsson ou bien encore Niklas Kronwall. Dans un groupe avec la Finlande et la Russie, le duel entre les deux nations nordiques sera sans aucun doute déterminant.

 

Team USA : en mode revanchard

 

La sélection :

Ben Bishop, Tampa Bay Lightning, G
Jonathan Quick, Los Angeles Kings, G
Cory Schneider, New Jersey Devils, G

Dustin Byfuglien, Winnipeg Jets, D
John Carlson, Washington Capitals, D
Ryan McDonagh, New York Rangers, D
Ryan Suter, Minnesota Wild, D

Justin Abdelkader, Detroit Red Wings, A
Patrick Kane, Chicago Blackhawks, A
Ryan Kesler, Anaheim Ducks, A
T.J. Oshie, Washington Capitals, A
Max Pacioretty, Montreal Canadiens, A
Zach Parise, Minnesota Wild, A
Joe Pavelski, San Jose Sharks, A
Derek Stepan, New York Rangers, A
Blake Wheeler, Winnipeg Jets, A

 

Après avoir perdu deux fois contre le Canada lors des deux dernières olympiades, les USA viennent pour une seule chose : le titre. Avec un Jonathan Quick au poste de gardien qui peut gagner des matchs à lui tout seul et un Patrick Kane meilleur compteur de la NHL avec 89 points en 67 matchs, les USA ont de sérieux faire valoir. Puissante et équilibrée, l’équipe coachée par John Tortorella pourra compter sur un Dustin Byfuglien costaud cette année en défense et sur T.J Oshie héros national depuis sa séance de tris aux buts contre la Russie lors des derniers JO. Bien qu’elle ne soit pas choquante, il est surprenant de ne pas voir déjà des noms comme Phil Kessel et Tyler Johnson dans cette liste, au profit de Ryan Kesler et Max Pacioretty qui ne sont pas forcement à leurs aises cette saison (mais ont leur place parmi les 23). Le match contre Canada qui aura lieu le 20 septembre sera un excellent test pour les États-Unis et savoir s’ils sont capables ou non de décrocher la victoire finale.

Team Europe : les français devront patienter

 

La sélection :

Frederik Andersen, Anaheim Ducks (Danemark), G
Jaroslav Halak, New York Islanders (Slovaquie), G

Zdeno Chara, Boston Bruins (Slovaquie), D
Roman Josi, Nashville Predators (Suisse), D
Dennis Seidenberg, Boston Bruins (Allemagne), D
Andrej Sekera, Edmonton Oilers (Slovaquie), D
Mark Streit, Philadelphia Flyers (Suisse), D

Mikkel Boedker, Colorado Avalanche (Danemark), A
Leon Draisaitl, Edmonton Oilers (Allemagne), A
Jannik Hansen, Vancouver Canucks (Danemark), A
Marian Hossa, Chicago Blackhawks (Slovaquie), A
Anze Kopitar, Los Angeles Kings (Slovénie), A
Frans Nielsen, New York Islanders (Danemark), A
Tomas Tatar, Detroit Red Wings (Slovaquie), A
Thomas Vanek, Minnesota Wild (Autriche), A
Mats Zuccarello, New York Rangers (Norvège), A

Pas de français parmi les 16 premiers noms de la Team Europe, réunissant les joueurs des autres pays d’Europe. Disons le clairement il y a aucune chance pour Pierre-Edouard Bellemare de faire partie des 4 derniers attaquants de cette équipe. Pour Antoine Roussel (2 fois buteur cette semaine), les chances sont minces, mais c’est possible. Si Marian Gaborik, Lars Eller et Nino Niederreiter feront partit des 4 dernier attaquants appelés, la dernière place pourrait se jouer entre Roussel, Grabner et Raffl. Le Français des Stars a de sérieux arguments et son profil de joueur énergique pourrait bien plaire à Miroslav Stan, directeur général de cette équipe. Sinon c’est une équipe d’expérience qui se profile avec Zdeno Chara, Marian Hossa et Anze Kopitar comme leader. Même s’il sera difficile d’accéder aux demies, la Team Europe pourrait bien être la surprise de cette World Cup of Hockey.

 argwg

Team North America : de la fougue au programme 

La sélection :

John Gibson, Anaheim Ducks, G
Connor Hellebuyck, Manitoba (AHL), G
Matthew Murray, Pittsburgh Penguins, G

Aaron Ekblad, Florida Panthers, D
Seth Jones, Columbus Blue Jackets, D
Ryan Murray, Columbus Blue Jackets, D
Morgan Rielly, Toronto Maple Leafs, D

Sean Couturier, Philadelphia Flyers, A
Jack Eichel, Buffalo Sabres, A
Johnny Gaudreau, Calgary Flames, A
Dylan Larkin, Detroit Red Wings, A
Nathan MacKinnon, Colorado Avalanche, A
Connor McDavid, Edmonton Oilers, A
J.T. Miller, New York Rangers, A
Sean Monahan, Calgary Flames, A
Brandon Saad, Columbus Blue Jackets, A

Ce sera sans aucun doute l’attraction de cette Coupe du Monde. Composé uniquement de joueurs ayant moins de 23 ans, team North America compte de nombreuses pointures dans ces rangs. McDavid, Eichel ou encore Larkin, les meilleurs rookies de cette saison sont présents. Dans cette équipe, Sean Couturier, Seth et Brandon Saad font figure de vétérans. La surprise de cette première liste vient de l’absence de Alex Galchenyuk, pépite des Montréal Canadiens qui paye ses frasques sur et en dehors de la glace. Pourtant le jeune américain de 22 ans est le meilleur joueur en activité de la draft de 2012. Austen Matthews n’est lui aussi pas sélectionné pour le moment, futur premier choix de la draft de 2016, le jeune prodige de 18 ans qui joue à Zurich en LNA a sans problèmes sa place dans cette équipe. Bien qu’ayant de nombreux talents, le manque d’expérience et le manque de profondeur à la cage (seul Gibson semble avoir le niveau pour cette compétition) devraient être fatals pour cette équipe face à ses adversaires du premier tour. La dernière place du groupe semble déjà acquise, mais nul doute qu’ils sous régaleront tout au long du tournoi.

Les Groupes:

  • Groupe A : Canada, République Tchèque, USA, Europe
  • Groupe B : Finlande, Russie, Suède, North America

Les 2 premiers de chaque groupe accèdent aux demi-finales. La finale se jouera aux meilleurs des 3 matchs.

Rendez-vous en juin pour les derniers sélectionnés et le 17 septembre pour le début de la World Cup of Hockey qui s’annonce magnifique.

Photo By: ichill.ca, bluejackets.nhl.com