Interview VALD – « la suite logique c’est de devenir un projet et de ne plus avoir d’âme »

Notre interview NQNT avec VALD

Il y a quelques semaines, en marge de sa prestation au Printemps de Bourges, nous avons eu le plaisir de rencontrer VALD pour une interview de tous les dangers. Génie pour certains, abruti pour d’autres (les fous), celui qui ne s’arrête plus à accepter de répondre à nos questions.

Bonjour, Vald, on te suit depuis un petit moment,  et on a le souvenir d’une interview pour l’ABCDR du son où tu rongeais un peu ton frein. Depuis deux ans sont passés, tu profites aujourd’hui ?
Non, là on est bien, je vis comme je veux, je fais la fête. À chaque concert, on fait la fête. Tout est très bien. Là on va passer à un niveau où on sera respecté. J’attends le respect.

Dans « C’est Pour » tu disais « c’est pour la concurrence qui n’aura jamais mon équipe », t’es fier de ton crew ?
Je suis de plus en plus fier de mon équipe. Mon équipe ne recrute pas et elle grossit malgré elle en étant ultra compétente. Je sais que d’autres en face ne l’ont pas et ils ont bien le seum.

Pour Bonjour, il y a clairement eu un avant et un après, on a vu ça au niveau de ta popularité, tu t’es rendu compte de cet engouement ?

Même moi je l’ai vu, ma gueule avant et après dans les interviews est complètement différente. Sinon, c’est clair quand on fait des concerts en province, je suis surpris de voir le monde qui vient nous voir. Le Chorus à la Défense était particulièrement rempli, j’étais très surpris, il y avait énormément de monde.
Avant, j’étais agacé qu’on me pose toujours cette question, mais plus maintenant.

Vald - Printemps de Bourges

Et dans les concerts ça doit la folie, tu disais récemment qu’à partir du premier « il s’est fait niquer sa mère » ça part en vrille.
De ouf, surtout que maintenant les gens connaissent la chanson donc c’est la folie. Rien qu’en entendant la prod ils sont heureux.

Concernant ta présence sur les réseaux sociaux, t’es super actif, tu gères ça seul ? Et le logo ?
Oui, on gère ça seul. Dis-toi que pour le concours du logo (NDLR : VALD à invité ses followers à trouver un logo pour son projet et concept NQNT), j’ai dit « ceux qui veulent participer… » , pas « envoie-moi ça sinon je te nique ta mère ». Ceux qui veulent, professionnels ou pas, envoyez moi vos logos et vendredi on décide. Des graphistes professionnels m’ont contacté pour me dire que j’exploitais les gens, que c’était de l’esclavage. Si t’es pas content, tu ne travailles pas. J’ai eu des réactions de perdants dans un pays de perdants, je suis choqué de ma vie. T’imagines, t’organises un concours de logo et y’a des mecs qui t’insultent parce que tu payes pas pour les recherches. Va niquer ta mère.

 

Pour le logo, ça va servir à quoi ?
NQNT c’est vraiment la philosophie que je veux mettre en avant. La suite logique c’est de devenir un projet et de ne plus avoir d’âme. Je préférai que l’objet en lui-même porte le nom de NQNT, histoire que ça aiguille plus les gens. VALD c’est vraiment une personne, c’est moi, NQNT c’est la philosophie.

Au niveau de tes clips, ils sont très travaillés, par exemple les 3 versions de Selfie, prends-tu part au processus de création et quelles sont tes influences ?
Je travaille avec des réalisateurs très compétents et ils s’occupent de toute la création. Moi je ramène des idées à la con, parfois j’ai des idées de clip, mais bon… Je ne fais vraiment que les sons. Que de l’amour à KUB_CRISTO, au Suther Kane, à Julius, PTPFG, ce sont vraiment des gens très compétents et je suis très content de travailler avec eux.

T’avais fait shoot un ministre, aujourd’hui avec tous les scandales, notamment les Panama Papers, la politique, t’en penses quoi ?
Ah ouai c’est vrai ! j’aurai du l’introduire comme ça la chanson au concert.
Sinon pour moi la politique est une résultante logique de l’histoire de l’humain. Je trouve ça logique qu’à un certain niveau dans la société tu escroques les autres, c’est tellement normal et instinctif. Je leur en veux juste d’être à une place que je n’occupe pas.

Par rapport à ce côté caste, le traitement des médias majeurs accordé au rap et musique urbaine. Qu’en penses-tu ?
Les gens ne connaissent pas c’est tout. Il faut attendre que les gens vieillissent. À l’heure où on parle on a soit des stagiaires soit des débuts de managers d’équipe qui connaissent vraiment le rap et qui ont grandi avec. À mon avis, il faut 5-10 ans pour que des gens sérieux dans les médias parlent bien du rap, c’est très peu. C’est normal aujourd’hui, les gens ne connaissent pas, c’est comme-ci on me demandait de parler du reggaeton ou l’afrotrap : « c’est une musique d’abruti, qui fait danser, où est-ce qu’on va ? ».
Je trouve indécent le fait de se choquer de leur ignorance. Je le pardonne le journaliste.

Tu écoutes quoi en ce moment, en France et ailleurs ?
Young Thug, Travis Scott, Kanye West, Gucci Mane, Yo Gotti, Lil Wayne, la légende. Il est incroyable Lil Wayne.
En France, Suik’On Blaze AD, Booba m’inspire beaucoup, Biffty, évidemment les gros noms en place SCH, PNL. J’aime bien Gradur et Niska, Rim’k, Siboy. Ah oui aussi, 667 IMB SQUAD, mets leur blaze, trop trop chaud ! L’EP Caviar est incroyable.

T’écoutes Booba, Gradur et Niska, t’avais dit dans une interview pour Booska-P que tu pourrais pas faire de la trap et egotrip parce que tu ne pourrais pas assumer avec ton corps.
Je peux reprendre les flows ouais, mais pour le reste c’est clair que ce serait compliqué. Lyricalement ce sera pas possible.

Concernant les festivals, tu en profites pour créer et favoriser des collaborations avec des artistes ?
C’est la première fois qu’on fait ça, peut-être que torché on va se mettre à parler avec tout le monde, mais pour l’instant non.

Merci Vald, au revoir.

By Zizou

Photo By: La Sueur
1 Discussion on “Interview VALD – « la suite logique c’est de devenir un projet et de ne plus avoir d’âme »”

Leave A Comment

Your email address will not be published.