La saison vraiment pas ouf de Michel Bourez et Jérémy Florès

Avant le Quicksilver Pro France qui démarre le 04 octobre, retour sur la saison très décevante des deux français: Michel Bourez et Jérémy Florès.

Il n’est pas bon d’être français cette année en World Surf League. Mal embarqués, Michel Bourez et Jérémy Florès enchaînent les contre-performances sur le CT. À deux semaines du Quicksilver Pro qui se tiendra à Hossegor, on fait le point et ce n’est malheureusement pas glorieux.

Michel Bourez : un Billabong Pro à Tahiti complètement raté

La saison 2016 avait pourtant bien démarré pour Michel Bourez. Lors de la deuxième étape du Pro Tour à Bells Beach en Australie, le surfeur tahitien est parvenu à se hisser en quarts de finale. Une performance plus qu’honorable, qui lui a permis de se maintenir dans le Top 10 pendant de nombreux mois jusqu’à un certain Billabong Pro en août dernier.

Chez lui, sur le puissant spot de Teahupoo à Tahiti, Michel Bourez s’est vautré royalement dès le deuxième tour contre l’hawaïen Keanu Asing. Une série compliquée et pauvre en vagues qui s’est soldée avec un score de 9,67 pour Asing et 8,57 pour Bourez. Une défaite que le tahitien qualifiera dans les colonnes de l’Équipe comme :  « l’une des pires de sa carrière ».

Lors du dernier event à Trestles, Bourez s’est plutôt bien relevé en atteignant le 5e round. Malheureusement, il chutera aux portes des quarts de finale face à l’américain Brett Simpson. Dommage, car lors de ce Hurley Pro, il y avait largement la place pour faire quelque chose. Actuellement 13e avec 25 200 points, Michel Bourez est toujours dans la course pour le Top 10. C’est en effet très serré entre la 8e et la 15e place avec des surfeurs qui se tiennent à quelques centaines de points d’écart.

A 31 ans, le tahitien est à un tournant de sa carrière et aimerait passer un vrai cap pour pourquoi pas aller batailler pour un top 5. 13e à l’issue de la saison dernière, Bourez avait réussi à finir 5e au général en 2014. Travailleur acharné, il compte bien tout donner lors du QuickPro en octobre prochain. En 2015, il avait échoué dès le 3e tour.

Jérémy Florès : au bord de la relégation

De son côté, Jérémy Florès est vraiment mal embarqué cette année. Actuellement 31e au classement général, le saint-gillois lutte pour ne pas se faire sortir de l’élite. À l’issue de la dernière étape du CT, seuls les 22 premiers sont requalifiés pour la prochaine saison. S’ajoute à cela les 10 premiers du WQS, le circuit qualificatif ainsi que 2 wild-cards pour former un top 32. Une situation des plus embarrassantes pour Florès qui ne se voyait sûrement pas si bas.

Pour l’instant, rien n’a fonctionné pour le surfeur français en 2016. Après 9 events sur le Pro Tour, Florès n’a jamais dépassé le stade du 3e tour. Lors du Billabong Pro, on s’attendait à un réveil de sa part (il avait remporté cette étape en 2015), il n’en fut rien.

Meilleur durant la seconde partie de saison, le réunionnais va devoir tout donner dans les 3 dernières étapes du CT. A commencer par celle qui se tiendra à Hossegor à partir du 4 octobre. Sur le QuickPro, Florès n’a jamais fait mieux qu’un quart de finale. Il faut savoir que depuis la création de la compétition, aucun français n’est monté sur la première marche du podium.

Pour s’assurer une place dans l’élite en 2017, Jérémy Florès va donc devoir cravacher. Il devra en tout cas faire du rab de compet, avec quelques manches de WQS pour engranger le maximum de points. Chose qu’il a déjà commencé à faire début septembre sur le Pantin Classic Galicia Pro en Espagne avec une 9e place.

On espère de tout cœur que nos frenchies vont envoyer dans les tubes des Culs-Nus (le nom du spot à Hossegor) et de La Gravière dans deux semaines pour le Quicksilver Pro France.

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea
Photo By: ESPN
1 Discussion on “La saison vraiment pas ouf de Michel Bourez et Jérémy Florès”

Leave A Comment

Your email address will not be published.