Les JO version gastronome : Rio pour les bons vivants

Lorsqu’on est à Rio, jeux olympiques ou non, il faut bien se nourrir et s’abreuver ! Les tentations sont multiples, mais il ne faut pas passer à côté de quelques classiques.

Pour commencer, à tout seigneur tout honneur, la « churrascaria ». Le principe est simple : un buffet de hors-d’œuvre dans lequel vous allez librement commencer à garnir votre assiette, puis vous allez vous asseoir à votre place et vous attendez tranquillement la suite. Celle-ci ne se fait pas attendre puisqu’une armée de serveurs ne tarde pas à affluer autour de votre table armée de couteaux et d’épées sur lesquelles sont embrochées un tas de choses succulentes et merveilleusement grillées : du poulet, des saucisses, du porc, du mouton, une grande variété de morceaux de bœuf, des poissons, etc. Ils viennent vous découper de fines tranches de ces délices dans votre assiette jusqu’à ce que vous disiez « halte !»…

Quand je vous disais que le principe est simple… Prévoyez la churrascaria comme « le » repas de la journée, c’est en général largement suffisant. Le prix est assez élevé (20 à 50€ / personne) et dépend de la qualité et de la variété des morceaux qui vous sont proposés…

Inévitable plat à ne rater sous aucun prétexte : la feijoada. Si j’osais, je dirais bien que c’est le cassoulet brésilien. Au départ, le plat du pauvre qui est devenu un grand classique : haricots noirs mijotés avec divers morceaux de porc, saucisses…

Le tout est servi avec du riz, de la farine de manioc et du chou coupé très fin. Un délice et en plus ce n’est pas très cher (comptez 10 à 15€ par personne) !

feijoada - JO pour les bons vivants Rio

Toujours du côté culinaire, un tas de restaurants vous propose un concept toujours pas présent en France (malgré ses nombreuses qualités) : un très grand buffet composé de divers légumes, viandes, poissons, etc. Vous vous servez ce que vous voulez, vous allez faire peser votre assiette et vous payez au poids… Entre 2 et 5€ les 100g, là aussi, dépendant de la diversité et de la qualité des mets proposés. Attention, les pâtes sont donc au même prix que le bœuf ! Rapide, bon et peu coûteux. En plus, chacun peut se servir en fonction de sa faim du moment.

Et la boisson ? Aucune hésitation à avoir : la caïpirinha bien sûr ! Cocktail fait à partir de cachaça (alcool de canne à sucre directement mis en bouteille après une distillation à 40 degrés), de citrons verts pressés et découpés dans le verre, de sucre en poudre très fin et de glaçons. C’est bon, rafraîchissant et croyez-moi, après deux caïpirinhas, vous commencez à comprendre le portugais et au-delà de la troisième, vous le parlez couramment !

Caipirinha

Il faut ajouter que toutes ces merveilles vous sont servies dans une ambiance décontractée et festive comme seuls les Brésiliens sont capables de créer. Merci à eux !

Enfin, même si les jeux se terminent, je vous déconseille pour les quelques jours qui restent de vous restaurer sur les sites officiels où la « Macdonaldisation » fait loi et où on n’a pas honte de vous vendre 5€ une pizza de… 8cm de diamètre (si ! si ! je l’ai mesurée).

Bom apetite !

Vous pouvez suivre nos aventures brésiliennes sur notre snapchat @lasueur (si vous le souhaitez bien entendu).

BDC

La Sueur

lasueur.com, votre média sportif et culturel.
Photo By: foodnetwork.com, granmarquise.com.br, trazeetravel.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.