Interview de Juliette Armanet, révélation de la chanson française

Juliette Armanet fait partie de cette nouvelle vague d’artistes, à l’instar d’Angèle, Paradis ou encore Clara Luciani, qui remettent aujourd’hui la chanson française au premier plan.

En modernisant les codes d’un style qui commençait à s’effacer dans le paysage musical, cette nouvelle génération rend ainsi accessible un genre au plus grand nombre. De quoi rendre fiers leurs illustres prédécesseurs que sont Michel Berger, Alain Bashung ou encore Charles Aznavour. Le parcours de Juliette Armanet, anciennement journaliste, fascine autant qu’il surprend : Un premier album Petite Amie récompensé disque de platine et « Album révélation de l’année » aux Victoires de la musique un an après sa sortie, des prestations scéniques devant Barack Obama et Emmanuel Macron, ainsi qu’une récente tournée dans les 4 coins de la France.

À l’occasion de la sortie prochaine de la réédition live de l’album Petite Amie le 2 novembre, l’artiste nous a livré de manière très sincère son ressenti sur ce projet et sur sa carrière.

Tu sors d’un printemps/été super chargé, avec des dates aux quatre coins de la France, et même quelques apparitions à l’étranger, c’était comment cette tournée ?

Écoute, c’était physique, c’était tellement émouvant que j’en ressors différente, chamboulée et très reconnaissante à la fois pour mon équipe qui m’a complètement portée et accompagnée : on a fait pratiquement 130 dates. Et puis pour le public, parce que j’ai un public vraiment génial qui a grandi au fur et à mesure avec nous et du coup, les choses se sont faites un peu comme ça, petit à petit. Il y a plein de choses totalement inoubliables (…) Le rythme d’une tournée c’est très particulier parce qu’on est dans une espère d’endurance, entre des moments d’adrénaline extrême, un peu d’attente donc il faut trouver son juste milieu entre les moments où tu te déchaînes complètement sur scène, des moments où tu tournes un peu en rond en coulisses (…) C’est un rythme de vie très particulier, tu es peu dans une bulle, un peu loin des réalités et c’est hyper exaltant à vivre.

« Petite Amie » : c’est le nom de ton premier album. Un album qui évoque un peu l’amour de façon très innocente et légère, mais on ressent en même temps une sincérité profonde dans le texte et dans son interprétation. Comment tu as réussi à obtenir cet équilibre ?

Merci de ces compliments. Écoute, je n’ai pas vraiment cherché quoi que ce soit. Je pense que j’ai juste essayé de faire des chansons sincères, qui me faisaient du bien, à un moment de ma vie où j’étais peut-être un peu en train de tourner une page de ma vie sentimentale (…) C’était des chansons que j’ai faites avant tout pour moi et puis elles se sont retrouvées sur un disque un peu après. J’ai surtout cherché à me mettre derrière mon piano et à chanter des choses qui me faisaient du bien.

Cet album tu l’as préparé sur plusieurs années, j’imagine ?

Oui, c’est un album qui regroupe pas mal de périodes de ma vie, donc il y a des chansons qui datent d’il y a 6 ans (…) donc il y a eu plusieurs strates de composition et ça regroupe plein de périodes de ma vie, plein d’histoires différentes  (…) C’est toujours un peu sacré le 1er album, c’est ce qu’il y a de plus authentique. 

Tu as dit sur Vogue que l’endroit idéal pour écouter l’album cet été était « la plage en fin de journée quand elle se désertifie, lorsqu’une légère brise caresse le sable » . Dans quel état d’esprit faut-il écouter cet album pour l’apprécier pleinement ? Comment voudrais-tu que ton public l’écoute ?

(Rires). Je n’ai pas du tout de délire particulier pour ça. Je pense justement ce qui est bien, c’est que ça s’écoute partout (…) Je pense qu’il y a plein de façons de l’écouter : dans la vie quotidienne, des moments où on prend le métro, des moments un peu plus poétiques , des moments plus tragiques (…) Je ne sais pas, j’ai l’impression que les bons disques peuvent accompagner plein d’états et d’endroits et de moments différents d’une vie.

On va s’arrêter sur un des titres de ton album : Alexandre.  En live, tu l’interprètes de façon assez particulière puisque tu invites des « Alexandre » sur scène (pas toujours célibataires par ailleurs) et tu leur chantes la chanson avec une attitude assez charmeuse. D’où t’est venue l’idée de cette chanson et de son interprétation ?  

(Rires). Il y a eu un été où j’avais deux copines qui étaient amoureuses chacune d’un Alexandre et qui m’appelaient, j’alternais entre l’une et l’autre au téléphone (…) Et donc, du coup j’ai eu comme ça comme une lassitude de ce type qui n’était pas le même, mais qui était 2 Alexandre qui ne se tenaient pas très bien avec mes amies. Et pour dédramatiser leur histoire, j’avais écrit cette chanson pour au départ me moquer un peu et rendre le truc un peu ludique. Et puis je me suis mise à la chanter sur scène parce que j’avais une de mes amies qui m’avait dit qu’elle viendrait me voir sur scène pour lui faire un petit clin d’œil (…) Et puis ça a fonctionné (…) J’aimais bien l’idée de faire venir quelqu’un du public sur scène, ça rendait le truc un peu vivant et voilà, ça s’est fait assez naturellement. C’est devenu un peu un jeu (…).

Ce qu’on dit moins souvent, c’est que j’ai l’impression que tu as une admiration pour Stevie Wonder Est-ce que tu penses que les musiques de Stevie t’ont quelque part inspiré pour cet album ? Est-ce que tu as eu des inspirations moins faciles à identifier ? (cf. Véronique Sanson, Laurent Voulzy, etc.)

Stevie pour moi c’est une référence absolue (…) ça a une apparence facile comme ça, mais c’est une musique extrêmement sophistiquée (…) Il n’a pas le tragique d’un Michael ou d’un Prince, il y a quelque chose de très irradiant dans sa musique (…) Après, je ne hiérarchise pas vraiment les genres, je pense que tout est inspirant en musique.

On remarque ces derniers temps qu’il y a de plus en plus d’artistes qui remettent la langue française au premier plan (Angèle, Clara Luciani, The Pirouettes, L’Impératrice etc…)  et que le français est un peu redevenu à la mode. Qu’est-ce qui explique cela selon toi ?

Justement, c’est très mystérieux la mode, on ne sait jamais pourquoi d’un seul coup, même la mode vestimentaire, exemple tout le monde se met à porter des carreaux jaunes alors que quelques mois avant, c’était le comble du ringard. Je pense qu’il y a sans doute eu un temps de digestion après les années 70/80 (…) Il y a eu des monstres de la musique : Gainsbourg, Bashung etc… qui ont implanté quelque chose de tellement fort et impressionnant qu’il a fallu du temps sans doute pour s’en détacher (…) Et c’est vrai que moi il y a 10 ans quand j’ai commencé à écrire des chansons, les maisons de disque me disaient « ah c’est bien, mais ça serait bien en anglais » (rires) (…) Donc c’est assez mystérieux, mais c’est plutôt heureux  parce que je trouve que c’est une génération hyper riche, pour qu’on aille d’un Flavien Berger à Luciani (…) Il y a eu de très belles révélations où à nouveau, on se met à aimer chanter en français et il y a un public en plus qui est réceptif à ça donc c’est plutôt génial moi je trouve.

Tu as eu une année pleine de succès, à quoi peut-on s’attendre de Juliette Armanet pour la suite ?

(Rires) On va sortir  en novembre un truc qui me tient énormément à cœur, on va sortir un album du live. Je tenais vraiment à graver sur disque cet album live, tout ce qu’on a fait comme travail d’arrangement pour la scène (…) Et puis je pense qu’après, je vais me remettre à composer d’autres choses, mais pour le moment je suis à fond sur ce disque live.

Merci Juliette et très bonne continuation

Setry

Setry

On Your Radio, Indiana Pacers & More.
Mon soundcloud : soundcloud.com/setrymusic
Setry
Photo By: Juliette Armanet / Facebook
1 Discussion on “Interview de Juliette Armanet, révélation de la chanson française”

Leave A Comment

Your email address will not be published.