Sidney Crosby : Jeu d’enfant

Présentation d’une superstar de la ligue nationale de hockey : Sidney Crosby

Jeunesse dorée 
Sidney Patrick Crosby est né le 7 août 1987 à Cole Harbour dans la province de la Nouvelle Ecosse au Canada de parents Hockeyeurs, ceci expliquant cela. Dès l’âge de 2 ans, le petit Sidney chausse les patins suivant les conseils de son père Troy, évoluant chez les Lions de Halifax. Le petit « Sid » baigne véritablement dans le Hockey , à 5 ans il rejoint sa première formation c’est alors que son père lui aménage le sous-sol de la maison familiale afin qu’il puisse s’y entraîner.  Alors qu’il n’a que 7 ans, Sidney rejoint le camp d’entraînement de Halifax, il commence à être connu de la presse locale et réalise déjà sa première interview. Cette précocité le pousse à jouer avec  des joueurs plus âgés, preuve également d’un certain talent, ses parents engageront même par la suite un coach particulier afin de le préparer au mieux au monde professionnel.

Du feu sur la glace !
En 2003, Sidney fait déjà l’objet de toutes les convoitises, il se présente au premier rang du repêchage de la LHJMQ et s’engage avec l’Océanic de Rimouski. Dès son premier match, le phénomène impressionne avec un total de 8 points, franchement pas mal pour un rookie ! Cette première saison est une réussite totale, à seulement 15 ans « Sid » explose les records de points et de buts de la LHJMQ (135 points et 54 buts) et décroche bon nombre de récompenses individuelles. Lors de sa deuxième saison avec l’Océanic Crosby élève son niveau de jeu et atteint 168 points, sur le plan collectif, il guide son équipe vers la victoire des séries et dispute la Memorial Cup qu’il perd en finale contre les Knights de London. Une fois de plus les récompenses individuelles pleuvent, trophées, membre de l’équipe All-Star … Rien ne semble arrêter la machine Crosby !

Premier de la classe  
En 2005 Crosby fait l’objet d’un premier choix au repêchage de la NHL et après une saison de lock-out c’est Pittsburgh qui remporte le premier choix. Mario Lemieux contacte alors l’agent de « Sid » et lui fait comprendre qu’il compte sur le jeune Canadien pour la saison prochaine. Crosby signe alors son premier contrat, 850 000$ pour trois ans … le maximum pour un rookie ! On apprendra même par son agent que Mario Lemieux avait accepté d’héberger Sidney le temps qu’il s’acclimate à sa nouvelle ligue.

Il effectue ses débuts face aux Devils et signe son premier point sur une victoire (5-1) des Penguins. Pittsburgh connaît malgré tout quelques difficultés ne parviendra finalement pas à accéder aux séries éliminatoires. Crosby lui est nommé Assistant Capitaine, et devient le plus jeune joueur à dépasser la barre des 100 points en saison régulière d’où le surnom « Sid the Kid ».

La saison suivante est bien plus satisfaisante pour sa formation, les Penguins accèdent aux séries après six années de disette. « Sid » décroche le Art Ross avec 120 points, son premier trophée majeur dans la Ligue Nationale. Il est nommé dans la formation de l’Est pour le All-Star game et devient le plus jeune joueur à être élu pour démarrer le match des étoiles (record détenu par la légende Jagr). Malgré une défaite lors du premier tour des séries face à Ottawa cette saison est plus que réussie pour la pépite de Cole Harbour qui finira dans l’équipe de l’année avec les grands noms de la Ligue.

Par la suite Sidney est nommé Capitaine de l’équipe, conséquence majeure de la retraite de Mario Lemieux. La saison qui suit cette prise de fonction, il emmène ses coéquipiers jusqu’en finale de la Coupe Stanley, mais il ne parvient pas à décrocher le Graal face à une équipe de Détroit très solide.

Il faudra attendre la saison 2008-2009 pour voir le jeune prodige de Cole Harbour soulever la Coupe Stanley, le plus beau trophée qu’un joueur de Hockey puisse remporter … De plus, Pittsburgh affrontait Détroit en finale, une bien belle revanche pour les Penguins. À seulement 21 ans, Sidney Crosby devient le plus jeune Capitaine de l’histoire à remporter la Coupe Stanley.

Les mois qui suivent les performances du kid s’essoufflent, et cela à cause de nombreuses blessures. Il reviendra petit à petit à la compétition en 2013 retrouvant un niveau de jeu digne de ce nom. La saison 2015-2016 démarre pourtant mal pour Crosby, son jeu est méconnaissable et les observateurs se posent de nombreuses questions. Mais alors que personne ne l’attendait, il retrouve son jeu et éclabousse la deuxième partie de saison de son talent. Il finit tout de même la saison régulière avec 85 points. Si vous avez suivi la NHL vous connaissez la suite, le kid finira par soulever pour la deuxième fois de sa jeune carrière, la tant convoitée Coupe Stanley face à une équipe des Sharks qui disputait la première finale de son histoire.

De Ligue à équipe nationale
Dès son plus jeune âge, Sidney est appelé avec l’équipe du Canada, à 15 ans il dispute sa première coupe du monde des moins de 18 ans. Il intègre en 2004 l’équipe junior et remporte l’année suivante son premier titre international : le Championnat du monde junior. Les autres tournois qu’il dispute avec le Canada enrichissent son Palmarès déjà impressionnant. En 2010, malgré un tournoi olympique discret, il devient le héros de tout un pays en inscrivant le but en prolongation face aux USA qui permet au Canada de décrocher la médaille d’or chez elle. Sidney Crosby et la Team Canada conserveront leur titre 4 ans plus tard à Sotchi en remportant haut la main le tournoi grâce à un système défensif ravageur.

En 2015, Le Kid décroche le titre de champion du monde lors des mondiaux en République Tchèque (en finissant invaincu). Cet ultime titre lui permet d’intégrer le très sélect Triple Gold Club qui réunit les vainqueurs à la fois de la Stanley, du titre olympique et mondial.

 Malgré son apport certain dans cette équipe ultra talentueuse, le kid connaît quelques remous … En 2010 il refuse de participer au Championnat du monde contrairement à d’autres joueurs des Penguins, provoquant même une affaire entre la fédération du Canada et la fédération internationale de Hockey. Cette affaire soulève alors une autre problématique sur le kid, son talent reste incontestable, mais son comportement sur et en dehors de la glace dérange. Selon plusieurs joueurs et coachs de la NHL, Crosby en rajoute des tonnes et conteste sans arrêt les décisions arbitrales.  Cette attitude souvent pointée du doigt lui vaut d’être finalement très contesté au sein des partisans de la NHL.

Néanmoins son palmarès ne cesse de s’étendre et cela personne ne pourra lui enlever, Sidney Crosby le petit gars de Cole Harbour a énormément de talent …

 Par Noggin

Photo By: thestar.com
2 Discussions on
“Sidney Crosby : Jeu d’enfant”

Leave A Comment

Your email address will not be published.