MMA – Marquée par une crise sanitaire sans précédent, l’année 2020 a tout de même été riche en émotions du côté de l’UFC, avec de grandes performances sportives. La Sueur récapitule les moments les plus marquants de la cuvée 2020. Tour d’horizon.

Le Comeback du Notorious

Le 19 janvier 2020. Une date tant attendue dans le début d’année, qui marquait le retour en fanfare de l’ancien champion lightweight, après de longs mois d’inactivité. Une démonstration en une poignée de secondes face à Donald Cerrone, avec des enchaînements, des coups d’épaule en clinch, un kick fracassant, et un ground & pound infernal : le come-back était signé. Une performance qui n’a pas pu être bonifiée dans le restant de l’année, notamment à cause de la pandémie mondiale. Notez bien la date du 24 janvier 2021, et attachez vos ceintures, car l’Irlandais revient pour la revanche face à Dustin Poirier. Guerre en prévision ? Dans tous les cas, ça va faire des étincelles.

La mega hype Khamzat

196 coups réussis contre seulement 2 reçus, une soumission et deux KO… Tout ça en trois combats. Le Suédois d’origine tchétchène s’est particulièrement distingué cette année à l’UFC en validant deux victoires en 10 jours, un record dans l’organisation. Avec désormais un bilan de 9-0 en carrière (pour 9 finitions) chez les professionnels, Khamzat Chimaev postule pour un title shot dans les prochains mois, et ce dans au moins deux catégories différentes (welterweight et middleweight). Rapidement arrivé au premier plan, il avait rendez-vous avec le numéro 3 de la catégorie Leon Edwards en janvier prochain, avant de devoir déclarer forfait à cause d’une blessure. En tout cas, 2021 pourrait lui ouvrir les portes d’un title-shot s’il parvenait à confirmer les espoirs placés en lui… D’autant plus que le coéquipier d’Alexander Gustafsson est dans les petits papiers de Dana White. Rien que ça, alors qu’il était encore un illustre inconnu au printemps dernier. Terrifiant.

Les montagnes se provoquent

Depuis son impressionnante victoire face à Paulo Costa, Israel Adesanya a des envies d’expansion. Et pas n’importe lesquelles, puisqu’il monte dans la catégorie supérieure (light heavyweight), affronter le champion en titre Jan Blachowicz. Un choc qui promet d’être brutal au vu des qualités en striking des deux hommes. Mais son ambition ne s’arrête pas là, puisqu’il semble aussi vouloir affronter Jon Jones dans un futur plus ou moins proche…

Bones, lui, a nettoyé toute la catégorie light heavyweight et se tourne aussi vers l’échelon supérieur. Il pourrait affronter le champion Stipe Miocic, ou même le terrifiant Francis Ngannou en 2021. En conséquence, il entame une transformation physique adaptée à la catégorie. Oui, quand Jones fait quelque chose, il le fait bien… Voire très bien.

La Fight Island, nouvelle attraction

Une « île de combat » rêvée par Dana White, qu’il est parvenu à concrétiser cet été du côté d’Abou Dabi aux Émirats arabes unis. Ce projet a été inauguré sur l’île de Yas dans lequel, en pleine pandémie de Covid-19, où le président de l’UFC a réussi à organiser des combats d’exception, à l’abri des zones de contamination, et avec un système sanitaire ultra strict. Un octogone sur une plage de sable déserte au bord de l’eau… Oui, vous avez bien l’image en tête de ce cadre exotique et intrigant. Et ce projet a été une véritable réussite puisque la Fight Island revient pour l’UFC 257 en janvier prochain, où Conor McGregor affrontera Dustin Poirier. C’est dire.

Des prospects chahutés

Invaincu jusque-là, Edmen Shahbazyan est tombé contre Derek Brunson en août dernier. Un TKO au troisième round venait casser la dynamique de l’Américain de 23 ans, qui restait sur trois victoires en 2019. Un scénario brutal également vécu par Sean O’Malley, dans la catégorie des bantamweights. Après deux victoires expéditives en janvier et juin, Sugar est tombé face à Chito Vera, suite à une blessure arrivée précocement dans un combat qu’il dominait jusque-là.

Autre prospect battu pour la première fois dans sa carrière professionnelle cette année : Chase Hooper. Le (très) jeune featherweight de 21 ans s’est incliné par décision unanime au mois de juin contre Alex Caceres. Trois espoirs qui ont donc découvert la défaite, mais qui peuvent rêver d’une carrière de haute volée. Affaires à suivre…

Tyron Woodley, le (lent) déclin

Il se devait de rebondir depuis sa défaite contre Kamaru Usman en mars 2019, mais n’a pas su remonter la pente en 2020. Deux combats pour autant de défaites ; certes face à de gros clients (Burns et Covington) ; mais avec un contenu inquiétant pour la suite. T-Wood a vu ses chances de title-shot s’envoler alors que la catégorie welterweight regorge de talents en puissance. Désormais classé sixième dans le classement de l’UFC chez les welterweights, l’Américain a véritablement dégringolé. À voir s’il pourra rebondir l’année prochaine, avant de possiblement tirer sa révérence.

Kevin Holland, le carton plein pour une année parfaite

Covid ou pas Covid, le Californien ne s’est pas posé de questions et a enchaîné les masterclass en 2020, avec 5 victoires en autant de combats chez les middleweights ! On peut le dire, il a tout cassé. Qui plus est face à des noms : Joaquin Buckley, Darren Stewart et le dernier en date, Jacaré Souza, qu’il a rudement mis KO au premier round. Toujours pas classé dans sa catégorie, Kevin Holland présente un bilan de 21-5 en carrière, et souhaite poursuivre sa lancée face aux plus grands. Il a récemment cité le nom d’un certain Khamzat Chimaev… 

Figueiredo, qui dit mieux ?

Une double démonstration face à Joseph Benavidez (TKO puis soumission), une autre soumission express contre Alex Perez en novembre, une guerre sans nom face à Brandon Moreno en décembre, et une ceinture autour de la taille. Difficile de faire mieux que Deiveson Figueiredo. Le Brésilien, champion flyweight au bilan quasi impeccable (20-1-1), nous a littéralement fait vibrer cette année depuis le départ d’Henry Cejudo. Il s’est hissé à la neuvième place du classement pound-for-pound, et doit désormais se focaliser sur la très probable revanche contre Brandon Moreno, avec qui il a récemment fait match nul… Captivant.

Joaquin Buckley, KO de l’histoire ?

Un spinning back kick sauté et opportuniste pour très clairement décrocher le KO de l’année sur l’invaincu Impa Kasangany. En l’espace d’une poignée de millièmes de seconde, il a éteint toutes les lumières de son rival. Un geste qui pourrait bien faire partie du classement des plus beaux knockouts de l’histoire.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Joaquin Buckley adore briser l’invincibilité de ses adversaires. Dernier exemple en date : son KO face à Jordan Wright au deuxième round fin novembre. Une année bien remplie avec 3 succès en 4 combats… Seul petit bémol, sa défaite par TKO contre l’insatiable Kevin Holland en août.

Trois légendes quittent l’octogone (a priori)

Ils sont trois. Probablement tous aussi grands les uns que les autres, et peuvent très clairement se hisser en haut du classement des GOATS du MMA… Ils ont annoncé leur retraite du sport et ne devraient donc plus revenir dans la cage. 

Le premier à l’avoir fait cette année : un certain Daniel Cormier. Attendu pour son combat d’adieux (déjà annoncé depuis des mois), l’Américain a tiré sa révérence après une guerre en cinq rounds face à son ultime rival, le champion Stipe Miocic. Une opposition synonyme de trilogie, intervenant au plein milieu du mois d’août, dans laquelle DC aura traversé des moments infernaux, avant de s’incliner par décision unanime. Mais pas d’inquiétude : ses commentaires en live et ses analyses pointues seront encore de la partie en 2021.

Le monde du MMA est tombé de haut en l’apprenant. Des fans sous le choc, et des puristes abasourdis. Une annonce de Khabib et le monde s’est écroulé : « (Ma mère) ne voulait pas que je combatte sans mon père à mes côtés, et je lui ai dit que ce serait mon dernier combat » lâchait le Daghestanais après sa masterclass contre Justin Gaethje. Cependant, des doutes persistent concernant sa réelle retraite, lui qui viserait en secret le bilan de 30-0 en carrière. Un rêve ardemment cultivé par son père, décédé cette année, qui pourrait le faire revenir une ultime fois dans la cage. GSP, Conor ?

En ce qui concerne le troisième, il n’a pas annoncé sa retraite, loin de là… Bien au contraire, il serait enclin à revenir dans l’octogone, malgré les réticences de l’UFC. Mais l’impression qu’il nous a donnée lors de sa dernière sortie, laisse quand même présager le début de la fin. Et pour un clap de fin, il mérite évidemment mieux qu’une défaite par TKO contre Uriah Hall. Oui, le légendaire Anderson Silva a peut-être combattu pour la dernière fois de sa carrière le 1er novembre dernier. Mais 2021 nous dira si le Brésilien pourra revenir et s’imposer avant une sortie par la grande porte, lui qui n’a plus gagné depuis février 2017…

Partager cet article

Tags UFC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Farès

    Très bon article, mais Holland est Top 10 chez les poids moyens

    Répondre