Et Si #4 – Finale de la Coupe Davis 2014

Avec ET SI, La Sueur revisite l’histoire, aujourd’hui la victoire de la France en Coupe Davis contre la Suisse de Roger Federer.

16 Novembre 2014, 18h20, le public de l’O2 Arena commence à s’impatienter… La rumeur s’étend parmi les spectateurs mais personne ne veut vraiment y croire. C’est Roger Federer lui-même qui s’avance sur le court pour prendre le micro : il s’adresse directement au public et annonce qu’il déclare forfait pour la finale du Masters qui devait l’opposer à Novak Djokovic.

Coup de tonnerre dans le monde du tennis ! A quelques jours de la finale de la Coupe Davis, le numéro 1 de l’équipe suisse déclare forfait pour une finale de Masters. Va-t-il jouer la finale avec la Suisse ?

Les Français sont partagés : bonne ou mauvaise nouvelle ? La Suisse vient peut-être de perdre son leader, mais la victoire serait d’autant plus belle en le battant lui aussi…

Et si- Finale de la Coupe Davis 2014

Plus qu’une semaine avant d’en découdre. Les Français ont envie de casser la spirale négative dans laquelle ils se sont mis. Deux fois la France a atteint la finale, deux fois elle a mené 2-1 et deux fois ils ont laissé passer leur chance…

Pour clôturer cette 103eme édition du tournoi, le monde du tennis se réunira au stade Pierre-Mauroy à Villeneuve d’Ascq. Pour la première fois, une infrastructure plus habituée aux footeux qu’aux balles jaunes va accueillir un tel évènement. Ça y est, plus le temps de réfléchir encore et encore… Nous sommes vendredi, la finale commence aujourd’hui. Le début de la compétition met aussi fin aux dizaines de débat ou chacun avait son mot à dire : Roger va-t-il jouer ? Effectivement, le numéro 2 mondial tiendra bien sa place. Après s’être entrainé plusieurs fois dans la semaine, il a été déclaré apte par le staff médical de l’équipe suisse. La route vers la coupe devra donc passer obligatoirement par Roger Federer… Les Français savent ce qu’ils doivent faire.

Le programme du jour : Stanislas Wawrinka défie d’abord Jo-Wilfried Tsonga avant de laisser place au duel entre Roger Federer et Gaël Monfils.

Le groupe « Skip The Use » chauffe la foule. Plus que quelques minutes avant l’entrée des équipes sur le terrain. D’un coup, la lumière s’éteint dans le stade. Un mur de lumière encadre les joueurs avant leur entrée : d’abord, les Suisses entrent sur le terrain, sous les ovations de leurs supporters venus en nombre.

C’est au tour des stars du jour de rentrer, le public acclame leurs joueurs. Les spectateurs sont debout pour accompagner les quatre joueurs et le capitaine de l’équipe de France jusqu’au banc.

La tension est palpable : d’un côté, Jo-Wilfried Tsonga actuel 12eme au classement ATP, récent vainqueur du Masters 1000 de Toronto ; en face, Stanislas Wawrinka, 4eme mondial, qui sort d’une saison en demi-teinte même s’il a gagné l’Open d’Australie en début de saison. Jo a clairement une carte à jouer sur ce match, a lui de mettre l’Equipe de France sur de bons rails… Plus de 27000 personnes se sont entassées dans les gradins du Stade Pierre Mauroy, nouveau record d’affluence pour un match de tennis.

Le match commence. Dès les premières balles, on sent que Jo-Wilfried Tsonga n’est pas dans le coup. Les fautes se multiplient, face à un joueur Suisse qui lui joue un tennis de très bonne qualité. Les jeux défilent, et le Français ne trouve pas la solution… 6-1 en moins d’une demi-heure. On connaît l’importance d’un début de match, encore plus dans une compétition aussi particulière que la Coupe Davis. Espérons que le Manceau sorte la tête de l’eau. Début du second set. Tsonga est beaucoup mieux. 3-2, service Wawrinka – Allez Jo, un break maintenant serait une bonne idée. Rapidement, le Français s’offre deux balles de break, ce qui réveille le public nordiste qui avait pris un coup sur la tête après ce premier set. Le Suisse sert, Tsonga anticipe la trajectoire, et envoie un revers longue ligne en retour qui cloue son adversaire sur place. Le poing serré, la France a l’occasion de revenir à égalité en tenant ce break. Stan ne reviendra pas : 6-3 dans ce set pour la France. Tout est à refaire, les compteurs sont à zéro. Allez Jo, Allez ! Malheureusement, les encouragements du public ne suffiront pas. C’est un Tsonga à coté de son tennis qui était aujourd’hui sur le terrain. Le joueur suisse offre le premier point a son équipe en remportant ce match trois sets à un. Tout est encore possible, mais la France s’est clairement compliquée la tache.

Place au deuxième match de cette première journée. Federer – Monfils : la constance face à la folie, un match qui promet. La Monf’ est connue pour être capable de produire un tennis quasiment injouable lorsqu’il est dans un bon jour. Croisons les doigts pour qu’aujourd’hui en soit un ! Les deux joueurs rentrent sur le court : la légende du tennis suisse est acclamée par la totalité du public, car même quand il joue contre la France en France, cela reste Roger Federer. Juste le temps de s’échauffer, de laisser le public retrouver son siège et voilà le match qui débute. On a vu Arnaud Clément parler à Gaël juste avant le début du match, espérons qu’il ait su trouver les mots justes. C’est le Français qui servira le premier. 188km/h sur le T, Ace ! Pas de temps à perdre pour le Français dans ce set. Face à un joueur suisse qui semble affaiblit, sans doute par la blessure qu’il traine depuis les Masters, Gaël déroule son plus beau tennis et enchaine les jeux. 6-1 pour le Français. On prend le scenario du premier match, et on inverse ! Federer sert pour débuter le second set. Mais malgré tous ses efforts, il n’arrivera jamais à rentrer dans le match. De son côté, Monfils semble prendre de plus en plus confiance en lui et tente des choses : tout rentre, c’est incroyable. Le match est à sens unique, le spectacle attendu n’est pas au rendez-vous ! Le tableau d’affichage en témoigne : victoire du Français 6/1 6/4 6/3.  Personne n’aurait parie sur une victoire aussi nette de la France dans ce match, le numéro 2 mondial n’était clairement pas à son niveau.

France : 1, Suisse : 1. Le double, comme prévu, sera déterminant.

Les journalistes du monde entier surveillent chaque déclaration des entraineurs : le non-match de Jo, la défaite de Federer, alors qu’ils étaient tous les deux pressentis pour défendre les couleurs de leur pays dans le match ce samedi, ont-ils redistribue les cartes ?

Quelle stratégie les équipes vont elles décider d’utiliser ? Tsonga et Gasquet ont été vu à l’entrainement, tout comme Federer et Wawrinka. Sauf surprise, voici donc les compositions des deux doubles d’aujourd’hui. H-1 avant le début du match, la pression monte. Quelque soit le résultat de l’après-midi, les joueurs comme les spectateurs connaissent l’importance du double en Coupe Davis.

Malgré les premières publications du journal L’Equipe, d’autres medias annoncent Julien Benneteau dans le double français. La confusion s’installe dans la cabine Media du stade et dans les gradins. Qui va jouer aux cotes de Richard Gasquet ? Effectivement, c’est bien Julien Benneteau qui s’est entraine ce matin avec Gaël Monfils qui rentre sur le terrain. On comprend que quelque chose s’est passée. Au dernier moment, la composition a change.

Ce genre de choses est rarement signe de sérénité, dans quel état d’esprit sont entres les Français sur le terrain ? La question mérite d’être pose. Les premiers jeux devraient rapidement y répondre. Parfois, on sent qu’une équipe est intouchable, que le destin s’en mêle et facilite les choses, malheureusement, ce n’est pas du tout le sentiment partage par les personnes présentes au stade Pierre Mauroy aujourd’hui.

Allez les gars, faites-nous mentir, à vous de jouer ! Les hymnes résonnent dans le stade, les joueurs se placent. Les doutes sur l’état de forme de Roger Federer sont légitimes après ses dernières semaines et surtout son match de la veille. Le champion va-t-il tenir son rang ? Le match commence. Service Suisse. Les jeux s’enchainent, c’est un round d’observation personne ne veut perdre sa mise en jeu. 2-2, 3-3… 6-6. Le premier set terminera donc par un tie-break. Richard Gasquet a la lourde tache de démarrer. Il sert fort sur le coup droit du suisse. Julien Benneteau place a la volée, claque un coup droit imparable. Quel point ! 1-0. A l’image du premier set, personne ne perd son service, 5-5. Gasquet sert, Federer renvoie croise, l’échange dure. Grosse attaque de coup droit de Wawrinka : 5-6 pour la Suisse. Balle de set. A lui de servir pour conclure. Une première balle assez molle qui permet a Julien de renvoyer fort. C’est trop long. D’un coup en revers, Stan fait faut et ramène les deux équipes à égalité. 6-6. Le prochain point est français. 7-6. Service Federer.  Service slicé a l’extérieur du carre, second service. Sur la deuxième balle, Gasquet jaillit et reprend d’un coup droit puissant. Retour gagnant. La France conclut le premier set. Quel début de match ! Galvanisés par ce début de match, les Français ne cessent d’élever leur niveau de jeu. Les Suisses ne reviendront pas. Victoire de la France 3-0.

France : 2, Suisse : 1.

Plus qu’un point, et la France soulèvera la coupe. Tout le monde est soulagé par l’issue de cette journée qui avait pourtant si mal commencé.

Le programme du lendemain : Richard Gasquet contre Roger Federer.

Les Suisses y croient encore avant de commencer ce match. Roger qui est affaiblit n’a pas réellement convaincu. Richard devra continuer sur la lancée du match de samedi pour offrir à la France le point qui délivrera tous les supporters de tennis. Le match débute, après une Marseillaise reprise par les 27000 spectateurs présents dans le stade. Ce match ne sera qu’une formalité, Richard Gasquet survole le court, bien aide par un Roger Federer qui n’est pas dans son assiette, mais qui ne pouvait pas laisser sa place. 6-3 au premier set. La lutte est un peu plus grande au second set, mais le français s’en sort : 7-5. 5-4, 40-15 : Gasquet s’offre une première balle de match, une balle de Coupe Davis. C’est fait ! Sur le retour, Roger dévisse et la balle tombe dans le couloir. 6/3, 7/5, 6/4 : la France gagne la Coupe Davis 2014 face a la Suisse ! Gasquet saute dans les bras de Benneteau, les autres les rejoignent au milieu.

Et si: Finale de la Coupe Davis 2014

Un week-end rempli de rebondissement, des abandons, des blessures, des interrogations, mais finalement une victoire au bout. Federer et les Suisses semblent abattus par cette défaite. Mais tant pis ! Pour une fois, depuis longtemps, le tennis est un sport qui se joue à 2 ou à 4, où a la fin la France gagne !

Alors que les suisses sortent du court sous les applaudissements du public, tous les grands noms du tennis français ont rejoint les joueurs sur le terrain : Yannick Noah lance comme a ses plus grandes heures une chenille autour du terrain avec tous les joueurs et Arnaud Clément. Une image qui rappelle de bons souvenirs au plus ancien !

Que c’est beau de voir le tennis français sur le toit du monde, refaire la même fête juste avant l’été du côté de la porte d’Auteuil ne serait pas une mauvaise idée. Allez les gars, il n’y a plus qu’ à…

L’épisode précédent sur la victoire de l’Equipe de France en Finale de la Coupe du Monde contre l’Italie ici

Celui sur la victoire de Gatlin sur Bolt aux championnats du monde 2015 est ici

Notre victoire en Coupe du Monde 2011 contre les Blacks

By Maxime

La Sueur

La Sueur

La Sueur, votre média sportif et culturel.
La Sueur
Photo By: lexpress.fr, sport24.lefigaro.fr, eurosport.fr

Leave A Comment

Your email address will not be published.