Retour sur le méconnu Tuscan Leather de Drake

Straight outta Toronto (CA), Drake reste un des représentants les plus populaires de la ville dans la catégorie Rap/R&B. L’artiste a ainsi actuellement 4 albums solo à son actif : Thank Me LaterTake Care, Nothing Was The Same et le fameux If You’re Reading This, It’s Too Late. Parmi ces albums, on peut retenir parmi tant d’autres les titres : Hold On We’re Going Home, Started from the Bottom, Headlines, Take Care, ou encore plus récemment Hotline Bling. On s’arrête donc aujourd’hui sur Tuscan Leather, extrait de l’album Nothing was the same (2013) et accessoirement parfum de chez Tom Ford.

Sur la majorité de ses morceaux, Drake s’entoure de ses producteurs de longue date, à savoir Boi-1-da (à qui l’on doit également High School de Nicki Minaj & Lil Wayne), Nineteen85 mais surtout Noah 40 Shebib à qui l’on doit véritablement le « son Drake » classique. Mélange de synthés planants combinés avec des filtres et autres effets sonores (reverb, delay) sur la batterie/voix, légère influence trap, on entend notamment cette signature sur Karaoke, Club Paradise ou encore Enough Said sur le featuring avec la chanteuse Aaliyah.

Tuscan Leather

Néanmoins, Tuscan Leather s’éloigne quelque peu de cette marque sonore pour innover sur plusieurs plans:

Dès les premières secondes, l’auditeur a ainsi l’impression d’écouter un ancien vinyle rayé tout juste ressorti d’archives. Le titre étant le tout premier extrait de l’album, le sentiment de malaise peut donc se faire ressentir. Ce qu’a fait Noah 40 Shebib sur la track ? Sampler I Have Nothing de Whitney Houston pas moins de 3 fois en n’hésitant pas à jouer le morceau à l’envers tout en rajoutant quelques effets. Technique de production jusqu’alors peu utilisée par Drake, elle apporte à la track son côté à la fois old school et innovant. En tant que producteur du morceau original et d’une manière pour rendre hommage à d’autres représentants canadiens, le légendaire David Foster est par ailleurs crédité sur Tuscan Leather.

Le morceau introduit donc rapidement le flow de Drake sur un rythme légèrement Boom Bap. La voix pitchée vers le haut de Whitney donne également à la track ce côté chipmunk, traditionnellement utilisé par Kanye West (voir Through The Wire ou Paid the price – Do or Die) et 9th Wonder (JustMythoughtssoul). Au niveau des textes, Drake fait un lookback sur sa carrière en faisant référence à ses réalisations et rencontres passées. On y distingue ainsi des références aux termes YOLO (qu’il a popularisé sur The Motto), son album Take Care, Lil Wayne, Nicki Minaj….. Au niveau de l’écriture aussi, le morceau reste particulier : Il ne dispose pas de refrain. Drake rappe donc quasiment pendant 4 minutes non stop.

Tuscan Leather reste donc un morceau qui sort des sentiers battus tant au niveau de la production que de l’écriture du texte. La force du rappeur canadien réside d’ailleurs dans sa capacité à être polyvalent: ll reste ainsi un des seuls artistes connus aujourd’hui au niveau international capable de produire des cartons rap mais également R&B. Relativement trendsetter dans le langage et dans la musique, il prouve une fois de plus dans cette track son habileté.

By Setry

Partager cet article

Tags Drake

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Chronique : Mac Miller – The Divine Feminine, une réussite

    […] à l’inévitable rupture. On vous met d’ailleurs au défi de trouver une intro plus aboutie (Tuscan Leather de Drake, on […]

    Répondre
  2. Les “Sessions” de Noah 40 Shebib, producteur de Drake

    […] qui fait réellement la différence d’un point de vue musical et sonore lorsque l’on écoute du Drake. Car oui, le gars a trouvé une formule magique qu’il duplique dans tous les morceaux du chanteur […]

    Répondre