Chronique : Drake – VIEWS

On décortique le quatrième album de Drake : VIEWS

Depuis sa mixtape So Far Gone en 2009 et le hit Best I Ever Had, Drake n’a cessé de monter, monter, monter. L’année dernière, il sortait un peu par surprise If You’re Reading This It’s Too Late, cet album, qu’il qualifiera de mixtape, sera son plus grand succès. Avec des sons comme Energy, Legend, Know Yourself, Jungle, forcément c’est facile. Il enchaînait ensuite avec une mixtape en collaboration avec Future, What a Time to Be Alive. Là, encore, vous pouvez cocher la case succès. Big Rings devient l’hymne officiel des Warriors, Jumpman est repris par Kanye. Sort également Hotline Bling, entêtante mélodie qui permettra à Moncler d’exploser son chiffre d’affaires et à Drake de montrer ses pas de dance. Enfin, il triomphe du pauvre Meek Mill dans un clash à la pauvreté lyrique affligeante. Bref, Mr.West, vous n’êtes plus seul.

2016 devait donc être l’année de l’accession au trône. Les OVO Sound Radio sur Beats 1 et son Deal avec Apple permettent de salement faire monter la sauce. Toronto (the 6) sera au cœur de l’album pour le nouveau designer en chef des Raptors.

Début avril, après quelques extraits de l’album distillé, ici et là, on finit par l’apprendre, il sortira le 29 avril (un jour avant l’anniversaire de mon père…Coïncidence ? Sans doute). Le 29 avril le monde du hip-hop s’arrêtera donc. Une date fixe, claire et précise pour un quatrième album qui s’annonce dantesque.  Tout le contraire d’un Kanye mégalo qui tease continuellement un The Life Of Pablo inachevé, inégal, et incohérent, décevant pour le plus grand album de tous les temps (selon Yeezy).

Le 30 janvier, Drake sort le premier single de l’album et troisième titre clashant Meek Mill : Summer 16. Produit par  Noah « 40 » Shebib, le titre défonce, « Playing dirty not clean

Out in front of Four Seasons, Looking like a damn football team ». Il annonce la couleur, il n’est pas près de s’arrêter et Meek Mill peut aller se faire consoler par le boul’ de Nicki Minaj.

Le 5 avril, le fourbe ne dévoile pas un, mais deux titres ! Pop Style avec « The Throne », comprendre Kanye West et Jay-Z et One Dance, avec Wizkid et Kyla. Si le premier est un pétard mouillé en mode Expendables 3, le second est complètement fou. Dans la lignée du Work en featuring avec Rihanna, Drake se laisse porter par ses envies Dancehall : « That’s why I need a one dance, Got a Hennessy in my hand ». Comme un Hotline Bling, on se laisse porter par la mélodie, la légèreté des paroles et un Drizzy séducteur. Un deuxième version de Pop Style, sans « The Throne » sortira le week-end suivant, Drake rappant seul désormais. Cette version sera beaucoup plus convaincante.

To the city I love and the people in it…Thank you for everything #VIEWS

A post shared by champagnepapi (@champagnepapi) on

Le 25 avril, Drizzy utilise ses réseaux sociaux à bon escient et dévoile la pochette, magnifique de Views from the 6. On y voit le « 6 God », assis sur la CN Tower (plus haute tour du Canada), symbole de Toronto au même titre que la Tour Eiffel pour notre capitale.  Après une micro polémique, on apprend que finalement le bougre a utilisé Photoshop. Tout comme lui, le site Drake Views, vous propose de recréer votre propre pochette, la magie du net. Il annonce dans la foulée une tournée intitulée « Summer 16 » avec son pote Future. La Drizzy Season arrive…

Mercredi 27 avril, la twittosphère s’emballe. Le 6 God vient en effet de dévoiler la tracklist de Views (oui ce n’est plus Views from the 6 mais VIEWS désormais). Hotline Bling sera de la partie en Bonus Track, One Dance et Pop Style aussi. Controlla, qui avait leaké quelques semaines auparavant sera aussi de la partie. Le grand absent Summer 16, qui devait être le lead single ne fait pas partie de l’album.

Boom le 29 avril c’est parti l’album est disponible en streaming ! On va donc écouter ça comme il se doit… L’album présentant 20 titres, on ne vous cachera pas que certains manquent cruellement de saveur. On vous présente donc nos coups de cœur.

Keep the Family Close : premier morceau de l’album, on retrouve le Drake de Thank Me Later, transpirant d’émotion malgré ses limités vocales. L’album commence bien.

U With Me ? Du rap et du R&B dans un même morceau, du classique une fois de plus. On retient néanmois « You tell me that I’m confusing, more immature than Marques Houston ». Une fois n’est pas coutume, le 6 God pousse la voix.

Feel No Ways : l’INSTRU la put** de sa m**e, une folie, une dinguerie sans nom. Le premier coup de cœur de l’album.

Hype : Rien dans le nom, on sent que ça va être lourd. Drake est énervé en mode Back-to-Back et on apprécie.

With You (Ft. PARTYNEXTDOOR) : le dynamic-duo est de retour. Drake étant le seul artiste avec lequel PartyNextDoor fait des feats. On est une nouvelle fois agréablement surpris par la musicalité de ce son. « It’s about us right now girl where you going ».

Grammys (Ft. Future) : Après la mixtape What a Time to Be Alive et avant le Summer 16 Tour, les deux ovnis nous livrent encore un morceau archisolide.

Childs Play : Drake et les femmes matérialistes épisode 15000. Le feu.

Verdict : un album de très bonne facture pour Drake, loin devant les Kanye, Beyonce et Rihanna. Il a la hype et ne déçoit pas au moment de livrer la marchandise. Toutefois, avec ses 20 titres, on n’échappe pas à certaines purges d’un ennui profond dans la lignée de Thank Me Later et d’If You’re Reading This, It’s Too Late. Si Kanye West se réjouissait de la présence de Drake dans le rap-jeu car cela lui permettait d’avoir enfin un challenger digne de ce nom; il ferait bien de se remettre au travail pour conserver son Throne.

“If I was you, I wouldn’t like me either » La concurrence est prévenu.

Photo By: music.blog.austin360.com