Preview NBA 2016/2017 – La renaissance des New York Knicks ?

Après une saison 2015-2016 tout simplement dégueulasse, les New York Knicks essaieront de se montrer dignes de la Big Apple et du Madison Square Garden cette année.

On en est où pour les Knicks ?

La saison dernière, les New York Knicks ont vraiment touché le fond. 13e de la Conférence Est avec 32 victoires pour 50 défaites, ils faisaient tout de même mieux que la saison 2014-2015 (17-65). Bien aidés par l’arrivée de Kristaps Porzingis à la draft et d’Arron Afflalo alors Free Agent, ils auront été moins affreux. Membre de la Rookie First Team, le letton aura posté un solide : 14.3 points, 7.3 rebonds, 1.9 bloc pour sa première campagne. Enfin un motif d’espoir pour la suite. Le leader des Knicks, Melo, aura encore déçu. Incapable de se surpasser quand l’équipe avait besoin de lui, encore gêné par des problèmes de santé, il fera sa pire saison statistique depuis 2004-2005. Ses 21.8 points, 7.7 rebonds et 4.2 passes n’auront tout simplement pas été suffisants. On espère qu’il surfera sur son été réussi avec Team USA pour emmener les Knicks en playoffs.

Conscient de la tristesse intersidérale de son effectif, Phil Jackson a donc décidé de changer beaucoup de choses. Exit Derek Fisher en cours de saison, bonjour Kurt Rambis, mouais. Mais c’est surtout durant la Free-Agency que le Zen Master a bossé. Derrick Rose, Joakim Noah, Courtney Lee et Brandon Jennings ont ainsi rejoint les Knicks pour redonner espoir. De précieux ajouts à condition que mayonnaise prenne.

Arrivées :
Derrick Rose (Chicago Bulls), Justin Holiday (Chicago Bulls), Joakim Noah (Chicago Bulls), Courtney Lee (Charlotte Hornets), Brandon Jennings (Orlando Magic), Marshall Plumlee (Duke), Mindaugas Kuzminskas (Málaga), Maurice Ndour (Real Madrid).

Départs :
Arron Afflalo (Sacramento Kings), Derrick Williams (Miami Heat), Langston Galloway (New York Pelicans), Robin Lopez (Chicago Bulls), José Calderon (Chicago Bulls), Jerian Grant (Chicago Bulls).

Le joueur : Derrick Rose

Le MVP 2011 portera à lui seul une bonne partie des espoirs de la saison des Knicks. Arrivé en fanfare à New York et désormais affublé du numéro 25, il ne faut pas oublier qu’il n’a pas disputé une saison complète depuis 5 ans. C’est long, très long. La saison dernière, qui était la plus accomplie depuis ses multiples blessures, il n’aura manqué « que » 16 matchs. 66 games donc pour 16.4 points, 4.7 passes et 3.4 rebonds ainsi qu’une absence remarquée dans le top 100 Sports Illustrated des joueurs NBA. Incapable de se réinventer aux Bulls, on espère qu’il arrivera à devenir un meneur plus gestionnaire à New York. À condition de rester en bonne santé bien entendu.

Il fera dans tous les cas mieux que Jose Calderon, désastreux chez les Knicks. De plus, malgré l’inévitable baisse physique, il fallait un meneur agressif pour NYC et Rose est ce joueur. Retrouvera-t-il ses jambes de feu comme il l’a parfois montré la saison dernière?

Effectif et 5 majeur :

  • Carmelo Anthony, Lance Thomas SF
  • Kristaps Porzingis, Mindaugas Kuzminskas, Kyle O’Quinn, Maurice Ndour PF
  • Joakim Noah, Marshall Plumlee C
  • Derrick Rose, Brandon Jennings PG
  • Courtney Lee, Justin Holiday SG

Au pire : Phil Jackson fait un infarctus, Derrick Rose perd une jambe et Melo décide de se lancer dans le commerce de Banana boats.

Au mieux : Derrick Rose est MVP, les Knicks éliminent les Bulls sur un 3 points de Joakim Noah au buzzer sur la tête de Jimmy Butler.

Bilan – peuvent-ils rester en bonne santé ?

Avec un effectif aussi bling-bling sur le papier, les Knicks peuvent rêver sereinement des Playoffs, sur le papier. Joakim Noah, 31 ans, qui a signé pour 4 ans et 72 millions de dollars, mais n’a pas fait une grosse saison depuis deux ans. Derrick Rose est…Derrick Rose et Melo est clairement sur la pente descendante. Kristaps Porzingis entre dans sa saison sophomore et vu ce que le géant a fait l’an passé, on peut se dire qu’il va encore progresser. Sous pression pour sa saison rookie avec l’étiquette « 4e choix et Dirk Nowitzki 2.0 », il aura mis tout le monde d’accord.

Si tout se passe bien, il poursuit sa route vers le All-Star Game, Melo retrouve de la motivation et perd ses poignets d’amour et les deux estropiés de l’Illinois tiennent toute la saison. Avec ça les Knicks peuvent viser la 6e-8e place à l’Est (les Celtics et les Raptors sont dans leur division).

L’arrivée du coach Jeff Hornacek est une très bonne chose pour eux. Considérablement meilleur que Derrick Fisher ou Kurt Rambis, ce recrutement pose cependant question. Avec son style de jeu rapide, cela ne va pas vraiment dans le sens du triangle. Il faudra alors faire un choix fort soit l’appliquer du mieux possible ou alors dire à Phil : « Gros, on arrête avec le triangle ».

Les New York Knicks commenceront leur saison le mercredi 26 octobre à la Q Arena contre les Cavs. Comme il y a deux ans et en 2014, ils étaient repartis avec la victoire.

Guillaume

Redacteur en Chef chez La Sueur
Écrit NBA, Football, NFL, MMA, sport en général et culture.
Photo By: SportsCenter
6 Discussions on
“Preview NBA 2016/2017 – La renaissance des New York Knicks ?”

Leave A Comment

Your email address will not be published.