Cette semaine, les vagues dantesques de Nazaré étaient de retour

Lundi dernier, le spot de Nazaré au Portugal s’est réveillé offrant les premières grosses vagues de la saison qui pouvaient dépasser les 10m de haut.

Tandis que les surfeurs de la World Surf League se bastonnaient dans des tubes de 2,5 mètres  à Péniche, à quelques kilomètres de là ce lundi, il y avait bien plus gros. Considéré comme le meilleur spot de surf de gros, Nazaré a offert le premier big swell de la saison avec des monstres qui dépassaient allègrement les 5 mètres.

Le plus grosses vagues au monde

Avec le spot de Nazaré, le Portugal est désormais devenu un incontournable du big wave surfing. Lundi dernier, la machine s’est gentiment réveillée pour faire le bonheur des locaux et surfeurs venus du monde entier qui se sont s’éclaté dans ce premier gros swell de la période hivernale. Une houle de plus de 10m est venue déferler sur la côte portugaise. Si on a par la passé pu voir bien plus gros (voir plus bas), ces vagues avaient quand même suffisamment de hauteur et de puissance pour foutre les pétoches aux spectateurs et aux riders venus ce jour-là.

Découvert il y a quelques années par la planète surf qui ne jurais auparavant que par Hawaï et le spot de Jaws, Nazaré est maintenant la référence. C’est à cet endroit que le français Benjamin Sanchis a en 2014 surfé la plus grosse vague de tous les temps (enregistré en tout cas) mesurée à plus de 30 mètres de hauteur. Depuis cet exploit hors-norme, les meilleurs big wave riders viennent des quatre coins du monde pour tenter de dompter ces monstres marins. Parmi eux, Shane Dorian, Gareth McNamara et bien sûr Benjamin Sanchis sont devenus les maîtres de Nazaré.

Welcome to the hell !

Rapides, ces vagues dignes de celles qu’on peut voir dans 2012 de Roland Emerich se prennent généralement en Tow-In. C’est à dire, tracté à l’aide d’un jet-ski. Une mission périlleuse pour le conducteur qui est sans cesse confronté au déferlement de ces vagues à la mousse assassine. De plus, il doit constamment attentif pour récupérer le plus rapidement possible celui qui vient de surfer. Sa vie comme celle du rider en dépend. A Nazaré, un wipeout vous plonge dans les abysses de l’océan atlantique. Une véritable machine à laver à 1200 tours/minute qui peut vous noyer en un rien de temps.

Vivement le Big Wave Tour

Le Tow-In c’est cool, mais le surf à la rame c’est encore mieux. Technique un peu oublié, elle semble revenir à la mode auprès des big waves riders qui utilisent des guns (nom de la planche) très long et assez fin pour avoir suffisamment de vitesse pour réaliser le take-off parfait.

Cette technique est d’ailleurs l’option choisie pour le Big Wave Tour qui s’arrêtera bien évidemment à Nazaré cet hiver. Réunissant les meilleurs riders au monde, ce Tour a commencé le 15 octobre dernier sa waiting period qui se conclura le 28 février 2017. Trois étapes sont au programme avec en plus du Nazaré Challenge, ceux de Pe’ahi à Hawaï et Todos Santos en Californie. Durant ces 4 mois, les riders doivent se tenir prêt à rejoindre le spot au moment où la houle atteindra une hauteur minimum, afin de participer au contest. Un peu plus tôt cette année, une épreuve du Big Wave Tour avait déjà eu lieu à Puerto Escondido au Mexique. Elle fut remporté par le sudafricain Grant Baker (leader au classement général). Les autres étapes prévues au Chili et Pérou avaient été annulés faute de gros swell durant la période printanière.

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea
Photo By: Reedit
3 Discussions on
“Cette semaine, les vagues dantesques de Nazaré étaient de retour”

Leave A Comment

Your email address will not be published.