Mike Tyson: danse avec la rage

Mike Tyson de victime à Baddest Man on the Planet

Je suis fasciné par Mike Tyson. Je peux l’admettre, c’est une addiction. Il y a quelque chose de passionnant mais également de terriblement effrayant dans son histoire. C’est l’histoire d’un enfant, victimisé par ses pairs, qui est devenu une véritable machine de guerre. Il est en quelque sorte l’accomplissement de tout enfant persécuté, de corps frêle comme une tige, il s’est transformé pour se bâtir une armure de muscles.

 “I’m just a dark guy from a den of iniquity. A dark shadowy figure from the bowels of iniquity.” 

« Je suis un homme sombre venant d’un lieu de perdition. Une ombre sombre fruit des entrailles de l’injustice. »

Mike Tyson se faisait cogner à l’école. Il ne répondait jamais. On le choisissait et il était passé à tabac. C’était une victime. C’est seuls amis étaient des pigeons, il les gardait. C’est l’une des choses qui marque quand on parle de l’histoire du personnage. Imaginez le pauvre Mike et ses pigeons dans le ghetto, en train de leur parler parce qu’il n’a pas d’amis à qui se confier. Un jour, l’un de ses tortionnaires trouva l’endroit où Tyson gardait les pigeons et arracha la tête de son oiseau préféré. Le combat qui suivit fut le premier gagné par Mike Tyson.

Une fois que le combattant qui était en lui fut libéré, une fois que l’animal empli de haine et rage était délivré, Mike Tyson savait qu’il ne pourrait plus jamais redevenir Docteur Banner. Il était devenu Hulk, enragé, assoiffé de vengeance et en proie à des activités criminelles faites de trafic, de racket et de menaces.

“Boxing is the hurt business.” 

Tout ce chaos l’envoya inévitablement vers les institutions pénitentiaire pour jeunes, c’est là qu’on l’introduisit pour la première fois à la boxe. Son talent fut très rapidement repéré et après sa peine, cela l’amena à Cus D’Amato, le légendaire entraineur qui aida Floyd Patterson à devenir le plus jeune champion du monde poids-lourds de l’histoire. Il ne vivra pas suffisamment longtemps pour voir Mike Tyson à son apogée.

D’Amato occupa la position de père nécessaire au développement de Tyson. En effet, il n’avait jamais vraiment connu le sien. Il manquait de discipline et ne faisait confiance à personne. C’était une personne terrifiée mais plus terrifiée par sa propre personne que par le reste du monde. Cus D’Amato lui fit prendre confiance et lui montra qu’il avait sa place dans ce monde.

Lorsqu’il évoque D’Amato dans le documentaire Tyson sorti en 2008, le boxeur ne peut s’empocher de fondre en larmes. D’Amato a été l’homme qui sauva Tyson d’un destin tragique et identique à celui de nombreux jeunes américains désœuvrés. La plupart des amis qu’il avait dans son quartier sont soit morts, soit devenus des drug addicts ou bien sont emprisonnés. Tyson a réussi à inverser la spirale négative dans laquelle il était, celle d’un jeune afro-américain vivant à New York, la ville du crack dans les années 70.

Même s’il fut sauvé d’un destin tragique, la vie de Tyson reste une extraordinaire tragédie. C’est un être humain complétement ravagé par la vie. Regardez-le dans le documentaire Tyson, vous verrez un homme très émotif et qui possède une intelligence brute. Il se comprend mieux que personne et a une connaissance de sa personne supérieure à beaucoup d’autres hommes mais c’est un esclave de sa colère. Il s’efforça à la contrôler durant sa carrière mais ces démons ne restaient jamais dans le ring.

 “Then I came out of jail and beat guys because they were basically scared.” 

« Ensuite je suis sorti de prison et je battais des gars seulement parce qu’ils avaient peur de moi ».

Le procès pour viol reste une trace indélébile de l’histoire de Mike Tyson. Ça ne peut être enlevé malgré son extraordinaire carrière professionnelle et ses caméos dans des films cultes comme Very Bad Trip. Mike Tyson clame toujours son innocence mais il fut tout de même condamné par un jury.

La boxe a certes apporté de nombreuses opportunités pour Mike Tyson mais cela l’entraina également vers de dangereuses tentations : les femmes, l’argent, la drogue et les hangers-on. Après la mort de Cus D’Amato, le père de substitution qui avait fait de Mike Tyson un « gentleman » n’était plus là. Don King, la raclure pour laquelle Tyson travailla n’était en aucun cas un guide moral. L’une des choses les plus impressionnantes accomplie par Tyson fut de mettre Don King KO dans la rue après avoir découvert les magouilles de l’homme d’affaires à son encontre. #BEAST

Sur le ring, Mike Tyson fut l’un des plus grands : 50 victoires (44 KO, 5 par décision, 1 disqualification), 6 défaites, des statistiques admirables en somme.

B9Q6eb2

Les défaites ne seraient d’ailleurs pas là, s’il n’avait pas combattu pour l’argent uniquement à un âge relativement avancé comme lors de sa défaite face au redoutable Kevin McBride… Après ce combat il avoua d’ailleurs : « je n’ai plus les tripes pour ça désormais. Je n’ai plus rien qui me pousse à combattre aujourd’hui ».

 “I lost my soul as a human being. I lost my self-respect. I’m not a loveable guy, so it’s really not hard for people to dislike me.” 

Il y a une scène dans Tyson : Uncaged (1996), un film qui couvre le début de la carrière du boxeur où on le voit fondre en sanglots dans les bras de son entraineur. Ce sont des larmes de joie. Durant toute sa carrière, les combats, les explosions en publique, viennent d’une volonté profonde de la part de Tyson d’être aimé et sa plus grande peur a toujours été de ne jamais l’être.

Mike Tyson malgré les combats, les victoires, l’argent et les ceintures est toujours resté cet enfant victimisé du ghetto. Les traumatismes de son enfance sont toujours avec lui. La seule véritable maison que Tyson ait eu fut celle de Cus D’Amato, et ce cocon sûr et rassurant lui fut retiré très rapidement dans sa carrière.

Si Tyson avait échapper à l’incarcération, si Tyson avait été guidé plus longtemps par D’Amato plutôt que par son fantôme, on parlerait de Tyson de la même manière que l’on parle de Mohamed Ali. Il serait considéré comme le GOAT, le Greatest Of All Time, ni plus ni moins.  Tyson était son héritier naturel sur le ring. Il était vif et technique, un combattant intelligent (on ne le répétera jamais assez) pour lequel le savoir était autant dans la tête que dans les poings. Un boxeur talentueux qui, comme Ali, resta sur les rings plus longtemps que de raison.

Aujourd’hui, Tyson semble relativement en paix, conscient de son statut à part dans la société en tant que figure de folie et de chaos. La vie de Mike Tyson n’a jamais été prévisible. On ne sait pas où il en sera dans quelques temps. On parle là de plus de 100 kilos d’émotions concentrés. Si aujourd’hui, il a su redevenir Bruce Banner, on sait que le Hulk n’est jamais très loin de la surface.

By Mic Wright

La Sueur

La Sueur

La Sueur, votre média sportif et culturel.
La Sueur
Photo By: http://wallpapersdsc.net/